L'homme n'est qu'un roseau, le plus faible de la nature ; mais c'est un roseau pensant.  Pascal
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Formation continue

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 158

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 2

Total visites Total visites: 0  
Fils RSS
epictete.jpgAntiquité et moyen-âge - Épictète (50-130)

Éléments de biographie

Philosophe grec, stoïcien, né à Hiérapolis.

Fils d'esclave et esclave lui-même, il est affranchi à la mort de son maître.

Il suit à Rome les leçons du stoïcien Musonius Rufus. Après avoir été affranchi, il enseigne lui-même le stoïcisme à Rome.

Il meurt en 120, au début du règne d'Hadrien.


Thèmes majeurs

Épictète donne la priorité à la philosophie morale : la philosophie est une pratique de la vie. La recherche de la connaissance est subordonnée à la recherche d'un art de vivre heureux en harmonie avec l'ordre du monde. A la base de la morale, il y a donc un rejet des opinions qui nous égarent. Connaître l'ordre du monde est en effet la condition d'une vie conforme à cet ordre.

"Voici le point de départ de la philosophie : la conscience du conflit qui met aux prises les hommes entre eux, la recherche de l'origine de ce conflit, la condamnation de la simple opinion et la défiance à son égard, une sorte de critique de l'opinion pour déterminer si on a raison de la tenir, l'invention d'une norme, de même que nous avons inventé la balance pour la détermination du poids, ou le cordeau pour distinguer ce qui est droit et ce qui est tordu." Entretiens

L'homme est libre en ce qu'il est maître de ses pensées. Il ne peut contrôler les circonstances, mais il peut contrôler sa volonté quelles que soient les circonstances.

Il faut distinguer les choses qui dépendent de nous (nos pensées) de celles qui ne dépendent pas de nous (l'ordre du monde), et vouloir, non ce que l'on désire qu'il soit, mais ce qui est.

"Veux que les choses arrivent comme elles arrivent et non comme tu désires qu'elles soient et tu seras heureux." Le Manuel


Principales oeuvres

  • Entretiens
  • Manuel


Pour en savoir plus

Encyclopédie Wikipédia


logo_log.gif


Article rédigé par Maryvonne Longeart, professeur de philosophie, pour le Lycée Ouvert de Grenoble


Date de création : 07/12/2008 @ 12:36
Dernière modification : 30/10/2009 @ 23:32
Catégorie : Antiquité et moyen-âge
Page lue 1468 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^