En disant ... que la beauté est idée, nous voulons dire par là que beauté et vérité sont une seule et même chose.  Hegel
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Formation continue

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 160

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 2

Total visites Total visites: 0  
Fils RSS
okham.jpgAntiquité et moyen-âge - Guillaume d'Ockham (1290 env.- 1349 env.)

Éléments de biographie

Guillaume d'Ockham (ou d'Occam) est un franciscain d'origine anglaise. Il se consacre d'abord à des travaux de logique et défend le nominalisme.

Il enseigne six ans à Oxford, mais son enseignement non conforme à l'orthodoxie lui vaut d'être convoqué à Avignon par le pape en 1324. Il s'engage dans la polémique qui oppose l'ordre des franciscains à l'ordre des dominicains et s'oppose à la papauté pour revendiquer un retour à la règle de son ordre.

Il est excommunié et 1330 et se retire en Allemagne où il publie de nombreux pamphlets politiques.


Thèmes majeurs

La philosophie d'Ockham est considérée comme une des sources de la philosophie analytique du XXe siècle. Comme ce courant philosophique, Ockham attache beaucoup d'importance à la logique et au langage. Il distingue l'univers des signes (le langage) de l'univers des choses singulières que nous percevons.

Ockham s'oppose à la théorie des idées de Platon. Les idées générales ou "universaux" n'ont aucune existence en dehors du langage (nominalisme). Il n'y a pas de monde des idées et le problème n'est pas de savoir comment les essences universelles de ce supposé monde s'incarnent dans les individus concrets du monde sensible. Il n'existe que des singularités qui entretiennent entre elles des relations qu'il s'agit de désigner efficacement : l'essence n'existe pas dans un monde séparé mais dans les choses individuelles elles-mêmes. Ockham, en cela, est proche d'Aristote.

Toute la philosophie d'Ockham s'appuie sur le principe de parcimonie qui sera repris par la philosophie analytique du XXe siècle sous le nom de "rasoir d'Ockham" : "Il ne faut pas multiplier les entités sans nécessité."

Ockham critique la métaphysique et conteste ses prétentions théologiques. En particulier, toute tentative pour prouver par la raison l'existence de Dieu est vaine. Dieu n'a créé que des êtres individuels dont la connaissance ne peut s'établir qu'à partir de la perception que l'on en a. Toute autre prétention de la raison est condamnable. Ainsi, pour Ockham, la raison est plus limitée que la foi.


Principales oeuvres

  • Commentaire sur les sentences (1318-1319)
  • Somme de toute la logique (1323)
  • Bréviloque sur la puissance du Pape (1334-1343)
  • Court traité du pouvoir tyrannique (1349)


logo_log.gif


Article rédigé par Maryvonne Longeart, professeur de philosophie, pour le Lycée Ouvert de Grenoble


Date de création : 07/12/2008 @ 10:08
Dernière modification : 07/12/2008 @ 14:36
Catégorie : Antiquité et moyen-âge
Page lue 3919 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^