Il n'est pas certain que tout soit certain.  Pascal
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Formation continue

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 158

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 2

Total visites Total visites: 0  
Fils RSS
ciceron.jpgAntiquité et moyen-âge - Cicéron (106-43 av. J.-C.)

Éléments de biographie

Orateur et homme politique et philosophe romain.

 


 

Thèmes majeurs

La pensée de Cicéron s'inspire de Platon et des stoïciens. Il cherche à concilier la morale et les exigences de la vie politique.

Machiavel lui a emprunté la métaphore du lion et du renard :

"Le prince, devant donc agir en bête, tâchera d'être tout à la fois renard et lion: car, s'il n'est que lion, il n'apercevra point les pièges; s'il n'est que renard, il ne se défendra point contre les loups; et il a également besoin d'être renard pour connaître les pièges, et lion pour épouvanter les loups. Ceux qui s'en tiennent tout simplement à être lions sont très malhabiles." Machiavel, Le Prince, ch. XVIII.

Cette métaphore du lion et du renard est de Cicéron, Traité des devoirs, L. I, XIII, 41. Mais contrairement à Machiavel qui conseille la ruse, Cicéron la méprise.

 


 

Principales oeuvres

  • Les Tusculanes
  • De la nature des Dieux
  • Traité des devoirs
  • L'Amitié

 


 

Pour en savoir plus

Glossaire

Machiavel

Homme de confiance de la République de Florence de 1498 à 1511, Machiavel tombe en disgrâce en 1512 au moment où la Sainte Ligue chasse les Français d'Italie et entre dans Florence qui avait eu le malheur de rester neutre. C'est en vain que Machiavel tente de gagner la confiance des Médicis, nouveaux maîtres de Florence, imposés par les vainqueurs. Condamné à l'exil, Machiavel supporte mal l'inaction. Soucieux de se voir confier à nouveau des responsabilités politiques, c'est à Laurent de Médicis que Machiavel dédie Le Prince, petit opuscule rédigé en 1513 dans lequel il expose «ce que c'est que la souveraineté, combien d'espèces il y en a, comment on l'acquiert, comment on la garde, comment on la perd.»

Date de création : 07/12/2008 @ 10:07
Dernière modification : 05/09/2014 @ 15:27
Catégorie : Antiquité et moyen-âge
Page lue 4776 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^