... je cherche la région cruciale de l'âme où le Mal absolu s'oppose à la fraternité.  Malraux
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Formation continue

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 158

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 2

Total visites Total visites: 0  
Fils RSS
anselme.jpgAntiquité et moyen-âge - Anselme de Canterbury (1033-1109)

Éléments de biographie

Théologien et philosophe né à Aoste en italie en 1033.

Il fut archevêque de Canterbury.

 


 

Thèmes majeurs

Saint Anselme est un des pères de la philosophie scolastique Il reprend de Platon l'idée que celui qui connaît la vérité connaît Dieu.

Il prend part au débat sur la relation entre la foi et la raison et propose une solution proche de celle de Saint Augustin : la foi cherche l'intelligence mais l'intelligence a besoin de la foi. Foi et raison sont donc indissociables.

On lui attribue la première formulation de la preuve ontologique de l'existence de Dieu qui sera reprise par Descartes et critiquée par Kant. Ayant défini Dieu comme "l'être tel que rien de plus grand ne peut être pensé", Anselme argumente que, si on affirmait que Dieu n'existe pas en réalité mais seulement dans notre pensée, comme idée, il serait possible de penser un être plus grand, qui aurait les mêmes caractéristiques mais qui, lui, existerait non seulement comme idée dans notre pensée, mais aussi en réalité. Et cet être serait Dieu, conformément à la définition initiale : l'être tel que rien de plus grand ne peut être pensé.
Ainsi, en niant l'existence de Dieu tel que défini, on admet implicitement son existence, et donc on se contredit, on est "insensé". Et Anselme de conclure qu'il est raisonnable de croire en Dieu et que foi et raison sont compatibles.

 


 

Principales oeuvres

  • Monologium
  • Proslogium

 


 

Pour en savoir plus

 

Article rédigé par Maryvonne Longeart, professeur de philosophie


Date de création : 29/11/2008 @ 16:00
Dernière modification : 12/11/2014 @ 18:23
Catégorie : Antiquité et moyen-âge
Page lue 4244 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^