L’oubli est une force et la manifestation d’une santé robuste.  Nietzsche
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Formation continue

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 158

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 2

Total visites Total visites: 0  
Fils RSS
logo_log.gifRepères - En fait / en droit

Définitions

En fait
Question de fait: Est-ce arrivé? Est-ce que cela s'est effectivement passé de cette façon?
En droit
Question de droit: Est-ce conforme à la loi (légal) ou conforme à la justice (légitime)? (légal/ légitime)
Les questions de fait portent sur l'être. les questions de droit portent sur le devoir être.

Dictionnaires de référence

  • André Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie. P.U.F.
  • Sylvain Auroux et Yvonne Weil, Nouveau vocabulaire des études philosophiques. Hachette.


Discussion

La distinction entre le fait et le droit est centrale dans le Droit romain. La procédure romaine distinguait l'établissement des faits de son évaluation juridique. Dans cet esprit, le Code juridique est conçu comme indépendant des faits.

En effet, le droit, pour être universellement valide ne peut pas être fondé sur le fait. Ce n'est pas ce qui se passe en fait qui détermine ce qui devrait se passer en droit. C'est ainsi que "force ne fait pas droit" (Rousseau, Du Contrat social, L. I, ch. III, "Du droit du plus fort")

Dans la tradition de la jurisprudence anglo-saxonne (ce que l'on appelle le "droit coutumier") contrairement au Droit romain, ce sont les précédents jugements et non un Code préétabli qui constituent la source du droit. Il s'ensuit un ajustement plus souple entre le droit et l'évolution factuelle des moeurs. Un nouveau jugement peut ainsi de facto "faire jurisprudence" et donc faire évoluer le droit.

Kant applique la distinction entre le fait et le droit au domaine de la connaissance: il faut distinguer la question factuelle de la connaissance ("la terre tourne-t-elle autour du soleil?") de la question de savoir ce qui en fonde la validité ("En vertu de quoi les lois de la physique sont-elles universelles et nécessaires?"). Pour répondre à la question de droit de la légitimité de la connaissance ("que puis-je savoir?") la Raison se convoque à son propre tribunal. (Kant, Critique de la raison pure, préface à la seconde édition)


Article rédigé par Maryvonne Longeart, professeur de philosophie, pour le Lycée Ouvert de Grenoble


Date de création : 15/11/2008 @ 19:09
Dernière modification : 15/11/2008 @ 19:41
Catégorie : Repères
Page lue 1845 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^