La chouette de Minerve ne prend son vol qu'à la tombée de la nuit.  Hegel
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Formation continue

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 158

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 2

Total visites Total visites: 0  
Fils RSS
logo_log.gifRepères - Persuader / Convaincre

Définitions

Persuader

Persuader, c'est faire croire. (Adhésion émotionnelle)

 

Convaincre

Convaincre, c'est obtenir l'assentiment sur la base de preuves ou de témoignages. (Adhésion rationnelle)

 

Conviction

Au sens juridique du terme, qui est aussi le premier sens, la conviction est une preuve établissant la culpabilité de quelqu'un.

Au sens philosophique, la conviction est l'action de convaincre ou la certitude logique résultant de cette action.

Par extension, et de façon impropre, on parle aussi de conviction morale : croyance ferme en la légitimité d'un idéal ou d'une doctrine.

Dictionnaires de référence

  • André Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie. P.U.F.
  • Sylvain Auroux et Yvonne Weil, Nouveau vocabulaire des études philosophiques. Hachette.


Discussion

Dans l'usage ordinaire, convaincre est parfois utilisé improprement comme synonyme de persuader.

Cependant, convaincre se distingue de persuader comme la conviction se distingue de la simple croyance ou persuasion. Contrairement à la croyance, la conviction s'appuie sur un examen rationnel des raisons que l'on a d'adhérer à une thèse.
C'est ainsi que l'argumentation philosophique ne débouche pas sur de simples croyances ou opinions mais sur des convictions. Contrairement au plaidoyer, elle ne doit pas persuader mais convaincre.

Cependant, seule l'argumentation démonstrative fondée sur des déductions est rigoureusement convaincante. Mais peut-on tout démontrer ?

Les sophistes, adversaires de Socrate dans les dialogues de Platon (Hippias, Gorgias, Protagoras...), enseignaient la rhétorique grâce à laquelle ils prétendaient pouvoir défendre n'importe quelle thèse, formellement, dans un discours, indépendamment de sa vérité. Socrate et Platon ont combattu leur enseignement et, par l'image partiale et inexacte qu'ils en ont donné, ont contribué à discréditer en philosophie l'art de persuader. Pourtant, toute preuve, si rationnelle soit-elle, peut-elle emporter la conviction sans s'appuyer, au moins en partie, sur la persuasion ?

Si la conviction est rationnellement fondée, elle demeure une attitude intellectuelle personnelle, comme l'indique l'expression "intime conviction". La connaissance est supposée être objective, mais la conviction qui l'accompagne est subjective.
Voir le repère Objectif / Subjectif

Peut-on toujours chercher à convaincre ?
Par exemple, peut-on convaincre quelqu'un de la beauté d'une œuvre d'art ? Convaincre suppose une démarche rationnelle, la possibilité de prouver ou de rendre raison en faisant référence à des normes du beau conceptualisables et universellement partagées. Peut-on expliquer pourquoi une œuvre procure un plaisir esthétique ?
Le plaisir esthétique est-il purement subjectif ou objectif ? S'il est partageable, l'est-il par simple coïncidence de l'expérience esthétique subjective (partager de fait la même expérience), ou l'est-il parce que objectivement l'œuvre a des caractéristiques qui devraient être reconnues de tous ?
A supposer que l'expérience esthétique soit objective, l'appréciation esthétique passe-t-elle par un discours rationnel sur l'œuvre ou est-elle immédiate ?
Voir les repères Intuitif / Discursif et Médiat / Immédiat


Exemples

Nietzsche sur martyrs et vérité


Article rédigé par Maryvonne Longeart, professeur de philosophie, pour le Lycée Ouvert de Grenoble


Date de création : 15/11/2008 @ 18:37
Dernière modification : 25/08/2011 @ 17:18
Catégorie : Repères
Page lue 2668 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^