L’art est un anti-destin.  Malraux
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Formation continue

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 158

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 2

Total visites Total visites: 0  
Fils RSS
logo_log.gifRepères - Croire / Savoir

Définitions
Croire

Croire, c'est donner son assentiment à une proposition qui est tenue pour vraie sans avoir la certitude objective de sa vérité. Il s'agit d'une opinion.

"Lorsque l'assentiment n'est suffisant qu'au point de vue subjectif, et qu'il est insuffisant au point de vue objectif, on l'appelle croyance." Kant

 
Savoir

Savoir, c'est donner son assentiment à une proposition en ayant la certitude objective de sa vérité. Cette certitude est liée à des procédures de validation dont on peut rendre raison.
Savoir, c'est savoir pourquoi on sait (justification en principe partageable, donc à prétention universelle).

 
Opinion

Pour Platon, l'opinion est un type de connaissance inférieure et qui, contrairement à la science, n'est pas justifiée par un raisonnement.
Voir l'exemple de l'analogie de la ligne dans la fiche repère sur Ressemblance / Analogie.
Une opinion peut être vraie, auquel cas Platon parle d'opinion droite, mais l'opinion, même "droite" ne peut être ni justifiée, ni enseignée.

L'adhésion à une opinion, en tant qu'elle ne s'accompagne pas de certitude objective, est une croyance.

Tout jugement ou toute conception, en tant qu'on le rapporte uniquement à la personne qui le soutient, indépendamment de ses raisons, est une opinion.

 
Opinion publique

L'opinion publique est ce qu'on pense communément dans un groupe social déterminé. Elle est sujette à la persuasion, et donc à la manipulation.

 
Foi La foi est une certitude non rationnelle.
Dictionnaires de référence
  • André Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie. P.U.F.
  • Sylvain Auroux et Yvonne Weil, Nouveau vocabulaire des études philosophiques. Hachette.

 


 

Discussion

Dans la mesure où une croyance est une opinion, elle ne peut être ni démontrée, ni enseignée. Elle est matière à persuasion.
Voir le repère Convaincre / Persuader

Dans la mesure où une croyance est personnelle, elle a un caractère subjectif.
Voir le repère Objectif / Subjectif

La connaissance scientifique est le paradigme du savoir, mais :

1) Qu'est-ce que connaître ?
2) N'y a-t-il de savoir que scientifique ?
3) Est-ce le doute ou la certitude qui caractérise l'esprit scientifique ?
4) N'y a-t-il pas des degrés et des types de connaissances différents qui correspondent à des degrés et des types de certitudes différents ? Sait-on que 2+2 = 4 de la même façon que l'on sait que la terre est ronde ou que l'on sait que César a été assassiné aux Ides de mars ou encore que l'on sait ce qui nous rendrait heureux ?

Pour les empiristes, en particulier Hume, le savoir n'est qu'une espèce de croyance.

Enfin, toute connaissance ne repose-t-elle pas sur au moins une croyance: la croyance en la valeur de la connaissance elle-même? C'est ce que soutient Nietzsche (texte ci-dessous).

 


 

Exemples

La science peut-elle se passer de croyance ?

Nietzsche, science, doute et conviction

On dit avec juste raison que, dans le domaine de la science, les convictions n'ont pas droit de cité : c'est seulement lorsqu'elles se décident à adopter modestement les formes provisoires de l'hypothèse, du point de vue expérimental, de la fiction régulatrice, qu'on peut leur concéder l'accès du domaine de la connaissance et même leur y reconnaître une certaine valeur -à condition qu'elles demeurent toutefois sous une surveillance de police, sous le contrôle de la méfiance. Mais cela ne revient-il pas au fond, à dire que c'est uniquement lorsque la conviction cesse d'être conviction qu'elle peut acquérir droit de cité dans la science ? La discipline de l'esprit scientifique ne commencerait-elle pas seulement au refus de toute conviction? ... C'est probable; reste à savoir si l'existence d'une conviction n'est pas indispensable pour que cette discipline elle-même puisse commencer, et l'existence d'une conviction si impérieuse, si absolue qu'elle force toutes les autres à se sacrifier à elle ? On voit par là que la science repose sur une croyance. "La science est-elle nécessaire ? "Il faut, pour que la science puisse se former, que cette question ait reçu auparavant une réponse non seulement affirmative, mais affirmative à tel point qu'elle exprime ce principe, cette foi, cette conviction : "Rien n'est plus nécessaire que le vrai; rien en comparaison n'a d'importance que secondaire." 

Nietzsche, Le gai savoir § 344


Date de création : 15/11/2008 @ 18:24
Dernière modification : 29/02/2012 @ 23:53
Catégorie : Repères
Page lue 10574 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^