S'il n'y avait pas la mort, on ne philosopherait guère.  Schopenhauer
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Formation continue

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 158

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 2

Total visites Total visites: 0  
Fils RSS
alain.jpgPériode contemporaine - Alain (1868 - 1951)

art (1) Système des Beaux-Arts, tome I, 7
"L'artiste est le spectateur de son oeuvre en train de naître".

Perception (1) Les Passions et la Sagesse, Pléiade, p. 1076.
La perception est une fonction d'entendement.


Date de création : 19/01/2005 @ 18:30
Dernière modification : 29/11/2008 @ 09:24
Catégorie : Période contemporaine
Page lue 511 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article


Réaction n°1 

par thomrond le 31/01/2008 @ 07:57

La  lecture de cet article me conduit à placer perception et entendement dans le contexte de la pratique de la musique instrumentale. Remplaçons l’objet de la perception ( dé cubique ) par une structure sonore à acquérir en musique instrumentale :-          Mi Sol Si-bémol Ré (sons ordonnancés du grave vers l’aigu). La perception de cette structure peut se faire :-          de façon harmonique en jouant simultanément les quatre notes sur un instrument offrant cette possibilité ( claviers, percussions, cordes ),-          de façon mélodique, en jouant l’une après l’autre chacune des quatre notes sur un instrument exclusivement mélodique ( instruments à vent ).  La perception harmonique est générée par un seul doigté.La perception mélodique se fait au fil d’un enchaînement de quatre doigtés différents, exécutés en séquence, à raison d’un doigté par note. En liaison avec l’écoute anticipée (ou non) du son émis, la perception d’une telle structure relève en premier lieu de la mémoire des doigts : mémoire volatile, dont la fiabilité est éphémère. Ultérieurement, l’entendement intériorise la structure sonore et le geste qui l’a générée. La matière initialement composée de doigtés se transforme alors en éléments de langage :- tablature des  doigtés, chiffres, lettres, noms de notes, noms de structures. Et l’entendement reformule la structure sonore perçue en lecture absolue ( Mi Sol Si-bémol Ré ) selon une perception relative prenant en compte, cette fois :-          la nature des intervalles reliant les notes de la structure ( superposition, à partir de Mi, d’une tierce, d’une quinte et d’une septième ascendantes ),-          les fonctions tonales de ses composants ( Mi = sensible de Fa Majeur ). Une fois acquise par l’entendement, la structure sonore est identifiée, enregistrée et mémorisée :-          accord ( si perception harmonique ) ou arpège ( si perception mélodique ) de septième sensible en tonalité de Fa Majeur. La perception, fonction basique de l’entendement, se travaille :- sur le bout des doigts.L’entendement, ressourcé par la perception, se développe en pratiquant :- le  par cœur.

^ Haut ^