Je vois ce qui est le mieux et je l’approuve, mais j’accomplis le pire.  Ovide
 
 
Philosophes à l'affiche
Recherche
Recherche
Classes terminales
Concours de philo
Divers
 ↑  
Ebooks de philo
Philo en vidéo
 ↑  
Connexion...

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  6477778 visiteurs
  88 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 176 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Fils RSS - Philosophie et politique

Philosophie et politique


Site personnel de Denis COLLIN


La tolérance a-t-elle des limites?  Voir?

Que la tolérance ait des limites, cela va de soi, puisque le concept même de tolérance suppose la définition des limites. Le « Larousse » définit la tolérance au sens technique comme « Écart acceptable sur certaines grandeurs (dimensions, masse, fréquence, etc.) relatives à des fabrications mécaniques, à des composants électroniques, etc. » La tolérance définit donc notre capacité à accepter les écarts et en même temps la limite maximum « tolérable » de ces écarts. La question de la tolérance peut, cependant, se poser sur un double plan. Sur un plan juridique comme règle générale régissant les rapports des hommes dans la Cité, ou sur un plan moral, comme une vertu qu'on doit exiger de chacun. La définition des limites de la tolérance sera différente suivant que l'on aborde le premier ou le second aspect.

... / ... Lire la suite

(29/05/2015 @ 16:08)

À propos de "Libre comme Spinoza"  Voir?

Avec son autorisation, je publie ici la lettre que m'a envoyée Benoit Spinosa. Benoit Spinosa est philosophe, professeur en classes préparatoires. Il est l'auteur d'un excellent ouvrage sur Hobbes, dont j'avais fait la recension (voir ici)



Bonjour Denis



J'ai lu avec grand plaisir ton beau livre sur Spinoza. Cette introduction à l'Ethique

, par sa concision et sa clarté, est un tour de force, comparée à des résumés scolaires sans portée réelle ou à des sommes gueroultiennes décourageantes pour beaucoup (et pas seulement pour les néophytes). La première partie sur le De Deo

bénéficie de ta connaissance des mathématiques et leur usage, simple et éclairant, donne une idée de l'engouement de Spinoza pour la géométrie ainsi que de la portée encore valable de certaines propositions de l'Ethique

. Cette partie centrée...

... / ... Lire la suite

(10/05/2015 @ 13:24)

Comment résister ?  Voir?

Le mouvement ouvrier organisé a représenté la dernière grande eschatologie de l'histoire humaine. Son action était censée, du moins dans l'esprit de ses porte-parole, annoncer des temps meilleurs et même la rédemption finale de l'humanité débarrassée de la guerre, de la violence et de l'exploitation. L'espérance chrétienne prenait une forme laïque et même athée et cette espérance devait se réaliser ici et maintenant. Entre le retour des formes les plus atroces du fanatisme religieux et le dieu marché, omniprésent, tout-puissant et omniscient, il n'est plus guère de place pour une visée universaliste, chantant des lendemains meilleurs. L'espérance des uns, ce sont les soixante-douze vierges qui attendent les valeureux égorgeurs, les pieux esclavagistes, les héros à la kalachnikov ; l'espérance des autres, c'est l'éternel présent du triomphe du marché et de l'équivalent général, l'éternel présent, c'est-à-dire la mort.

... / ... Lire la suite

(28/04/2015 @ 20:13)

Marcuse: une lecture de la théorie freudienne comme ontologie  Voir?

Il y a cependant quelque chose de très important dans le rapport de Marcuse à Freud. Non seulement la psychanalyse n'est pas une psychologie mais bien une théorie sociale historique, mais plus fondamentalement elle possède une dimension ontologique à laquelle Marcuse consacre une partie de Éros et civilisation. Cet « intermède philosophique » (chapitre 5) est d'une lecture dense et confirme que le mépris en lequel une certaine tradition universitaire tient Marcuse n'est rien d'autre le mépris professé par les ignorants.

... / ... Lire la suite

(18/04/2015 @ 17:17)

Sur la crise de l'éducation  Voir?

Écrit voilà près de vingt-et-un ans, à l'époque de François Bayrou, ce texte n'a hélas pas vieilli, à ceci près que la situation qui y est décrite s'est considérablement dégradée aujourd'hui et que les possiblités de sauver ce qui peut encore l'être se sont plutôt sérieusement amenuisées. Alors que François Bayrou avait - timidement - proposé la revalorisation de l'étude des langues anciennes, c'est sa liquidation pure et simple qui est à l'ordre du jour. Une menace grave pèse sur la possiblité même de transmettre même partiellement ce qui a constitué la culture française et européenne et au delà-la possibilité de l'ouverture sur la communauté humaine dans son ensemble. Quand on pense que l'enseignement de l'allemand risque, avec le nouvelle réforme des collèges prévue pour la rentrée 2016, d'être complètement marginalisé (au point même que l'ancien premier ministre Jean-Marc Eyrault s'en est ému), on mesure ce qui est en train de se passer....

... / ... Lire la suite

(18/04/2015 @ 16:04)

Sade ou l'esprit du capitalisme  Voir?

J'avais déjà eu l'occasion de noter que l'essence de la pensée sadienne n'est rien d'autre que le règne absolu du Capital. Sade est bien un individu subversif, mais subversif comme l'est le mode de production capitaliste lui-même. Comme le faisait remarquer Marx, «

Partout où [la bourgeoisie] a conquis le pouvoir, elle a foulé aux pieds les relations féodales, patriarcales et idylliques. Tous les liens complexes et variés qui unissent l'homme féodal à ses "supérieurs naturels", elle les a brisés sans pitié pour ne laisser subsister d'autre lien, entre l'homme et l'homme, que le froid intérêt, les dures exigences du "paiement au comptant". Elle a noyé les frissons sacrés de l'extase religieuse, de l'enthousiasme chevaleresque, de la sentimentalité petite-bourgeoise dans les eaux glacées du calcul égoïste. Elle a fait de la dignité personnelle une simple valeur d'échange; elle a substitué aux nombreuses libertés,...

... / ... Lire la suite

(17/04/2015 @ 19:24)

Libre comme Spinoza  Voir?

Denis Collin


LIBRE COMME SPINOZA


Une introduction à la lecture de l'Éthique


Max Milo Éditions, Paris 2014


287 pages


€ 19,90





L'Ethica ordine geometrico demonstrata

est non seulement un des plus grands livres qui ait été écrit, c'est par-dessus tout un livre vivant, qui doit toujours être lu, relu, pensé, critiqué, fait sien. L'acte même de sa lecture transforme celui qui le lit, c'est un lecture «performative, c'est-à-dire qu'elle réalise ce qu'elle énonce» (p. 280), dans le sens que le contact avec cette perspective est en lui-même un geste de lætitia du corps-esprit qui, par son intermédiaire, comprend beaucoup de choses de la manière dont il est fait. Denis Collin accompagne le lecteur de manière linéaire...

... / ... Lire la suite

(14/04/2015 @ 12:07)

Sommes-nous devenus ignorants ?  Voir?

«Aujourd'hui on célèbre partout le savoir. Qui sait si, un jour, on ne créera pas des universités pour rétablir l'ancienne ignorance »1
La question posée semble assez curieuse et même paradoxale. Après tout, on dit qu'il y a aujourd'hui bien plus de savants vivants et en activité qu'il n'y en a eu dans toute l'histoire de l'humanité. Nos connaissances de la nature ont fait des bonds prodigieux au cours du dernier siècle, qu'il s'agisse de la physique ou de la biologie. Les connaissances ne sont pas restées confinées au petit monde des savants, mais elles sont répandues dans le public, d'abord par les progrès de l'instruction et le recul massif de l'alphabétisme, mais aussi par les moyens de communication de masse dont le dernier, l'internet, semble mettre à disposition de chacun tout le savoir de l'humanité. La science n'est plus et depuis longtemps une activité théorique, elle est pratique, incorporée dans les techniques...

... / ... Lire la suite

(14/04/2015 @ 11:20)

Jankélévitch et la morale  Voir?

Tous les livres de Jankélévitch tournent autour de la morale. Et pourtant on peut se demander s'il n'y a pas d' uvre philosophique aussi peu moralisatrice que la sienne. Les « paradoxes de la morale » et non la morale elle-même en constituent le fonds. Or ces paradoxes démontrent l'impossibilité d'écrire un traité de morale. Son traité des vertus conduit à l'impossibilité de définir la vertu et à l'extrême difficulté d'être vertueux. Dans l'élan de la bonne action, Jankélévitch nous met sous le nez le calcul sordide qui s'y cachait. Pascal et La Rochefoucauld sont souvent cités et ce n'est pas par hasard. Les moralistes français aiment à peindre noir sur noir et loin que cette peinture conduise à un cynisme de bon aloi, elle taraude la bonne conscience. L'homme n'agit pas pour atteindre un souverain bien qui serait défini en soi mais c'est au contraire l'action elle-même qui est bonne ou mauvaise. Or le souverain bien donne lieu à des tartines...

... / ... Lire la suite

(06/04/2015 @ 19:21)

Histoire et récit  Voir?

Le double sens du mot histoire se dédouble à son tour. L'histoire-science et l'histoire-récit entretiennent des rapports ambigus depuis les origines de l'histoire. La distinction peut paraître simple au premier coup d' il. L'histoire se présente d'abord comme un récit : Thucydide «raconte» la guerre du Péloponnèse. Suétone nous fait le récit de la vie des douze Césars. Louis XI est bien connu grâce aux chroniques. Ces récits incluent une plus ou moins haute dose de fantaisies, de racontars (dans le cas de Suétone, par exemple). Le récit se sépare d'emblée clairement de l'histoire, telle que nous la concevons aujourd'hui (et telle qu'elle s'est constituée comme discipline à la l'époque moderne).

... / ... Lire la suite

(04/04/2015 @ 12:08)

La vertu des apparences  Voir?

Chez d'assez nombreux philosophes (mais aussi bien au-delà), l'apparence est systématiquement dévalorisée. L'apparence est toujours plus ou moins vue comme l'apparence trompeuse, l'apparat qui est là pour éblouir et pour empêcher de voir la réalité. L'apparence c'est l'ombre sur le mur de la caverne que les hommes enchaînés prennent pour la réalité elle-même. Mais dans le même temps, il faut bien reconnaître que l'essence cachée ne peut apparaître, que l'apparence est aussi la manifestation de l'essence. La philosophie ne peut dévoiler ce qui est caché que si ce qui est caché ne l'est pas complètement. Le dévoilement auquel se livre la philosophie ressemble fort à l'inauguration officielle des statues et monuments : la statue est cachée sous un drap mais le drap montre qu'elle est cachée et n'est là que pour ménager l'effet de surprise.

... / ... Lire la suite

(04/04/2015 @ 11:58)

Vérité et fiction  Voir?

Vérité et fiction apparaissent comme des antonymes. Si la vérité consiste à raconter les faits tels qu'ils se sont passés, la fiction raconte des faits imaginés. Les faits et les fictions : il faut choisir, comme il faut choisir entre la vérité et l'imagination. Il faut pourtant comme toujours entre les termes qui paraissent opposés déterminer ce qui les unit et les différencie dans le même mouvement, l'identité de l'identité et de la négation pour parler comme Hegel. C'est qu'en effet, la fiction comme toute idée a un idéat : l'objet de la fiction est un objet fictif. La fiction désigne tout à la fois le récit et l'objet imaginaire de ce récit. D'où une première difficulté : la fiction s'oppose-t-elle à la vérité ou à la réalité ? D'ailleurs on dit « la réalité dépasse la fiction » et non « la vérité dépasse la fiction ». En second lieu la fiction doit être séparée de l'erreur, du mensonge ou encore de l'illusion, bien qu'il lui arrive fréquemment...

... / ... Lire la suite

(22/03/2015 @ 17:48)

Peut-on critiquer les religions ? (suite)  Voir?

Suite à l'article "Peut-on encore critiquer les religions?", mon collègue et ami Jean-Marie Nicolle me fait parvenir la contribution suivante que je m'empresse de publier.
(19/03/2015 @ 11:52)

Vers une désublimation totale  Voir?

Le processus de désublimation répressive analysé par Marcuse, décomposition progressive de la puissance érotique et dépotentialisation de l'Eros, énonce que la jouissance - pas plus que le désir - ne constitue la fin du fin de la subversion du capital. Si, naguère encore, pesait sur elle le poids de la répression morale, religieuse et institutionnelle, elle tend à entrer dans le système global de la production capitaliste. La nouveauté est que le contexte de culpabilité généralisée s'accommode aisément de la législation et de la gestion programmée des multiples sources de jouissance possible, non seulement autorisées mais provoquées par le système, étant entendu que la dénomination et la désignation du champ du licite revient par là même à en indiquer les limites et à prévenir ses débordements éventuels, son empiétement sur la réalité quotidienne : "La libération sexuelle peut être poussée fort loin sans menacer le système capitaliste à son stade avancé" (Contre-révolution et révolte p 163)

... / ... Lire la suite

(17/03/2015 @ 19:02)

Marcuse et Freud : la théorie critique face à la psychanalyse  Voir?

Herbert Marcuse, né à Berlin en 1898 et mort à Starnberg en Bavière en 1979, est une des figures les plus marquantes de l'École de Francfort, nom sous lequel est désigné en France l'Institut pour la recherche sociale, fondé dans les années 1920 par quelques jeunes philosophes, sociologues ou psychanalystes, tous non pas marxistes, mais étudiants à l'école de Marx, mais aussi à celle de Max Weber ou de Freud. Marcuse rejoint l'Institut pour la recherche sociale en 1932, après avoir rédigé sous la direction de Heidegger une thèse importante sur L'ontologie de l'historicité chez Hegel. Hegel qu'il ne quittera jamais, lui consacrant l'un de ses livres les plus profonds, Raison et révolution.
  Marcuse et Freud : la théorie critique face à la psychanalyse

... / ... Lire la suite

(13/03/2015 @ 12:25)

Faits et vérité  Voir?

S'en tenir aux faits est la règle du journalisme qui prétend être véridique. Les sciences rendent compte des faits, tels qu'ils sont, sans adjonction extérieure, prétend-on. Il semblerait donc que la référence aux faits est bien la garantie ultime de la vérité. Sans cette référence aux faits nous sommes condamnés à demeurer dans le monde de la croyance. Mais ce bon sens largement partagé exigerait qu'on s'entende sur ce qu'est un fait. Si le fait est garant de la vérité, cela signifie que l'énonciation de la vérité est l'énonciation d'un fait. Vérité et fait semblent inséparables (I). Mais il peut s'en déduire que le fait n'existe pas indépendamment de l'énoncé qui le décrit : le fait serait donc une construction de la raison, le produit d'une opération de l'esprit (II). Si cette dernière proposition est vraie, comment alors s'assurer que l'esprit ne délire point, que le fait n'est pas imaginaire et finalement sans rapport avec cette...

... / ... Lire la suite

(19/02/2015 @ 11:56)

Dernière mise à jour : 03/06/2015 @ 19:10