Cours du LOG

Pour approfondir

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres repères

•Ressemblance / Analogie
•Objectif / Subjectif
•Essentiel / Accidentel
•Légal /Légitime
•Croire / Savoir
•Convaincre / Persuader
•Médiat / Immédiat
•Intuitif / Discursif
•Abstrait / Concret
•Analyse / Synthèse
•Expliquer / Comprendre
•Identité / Egalité / Différence
•Absolu / Relatif
•En acte / En puissance
•Cause / Fin
•Contingent / Nécessaire / Possible
•En Fait / En droit
•Formel / Matériel
•Genre / Espèce / Individu
•Idéal / Réel
•Obligation / Contrainte
•Origine / Fondement
•Principe / Conséquence
•En théorie / En pratique
•Transcendant / Immanent
•Universel / Général / Particulier

 

Objectif / Subjectif



Définitions

Objectif

1. Est objectif ce qui se rapporte à l'objet de la connaissance.
Un jugement est objectif s'il est conforme à son objet. (Accord de la pensée avec le réel)

2. Est objectif ce qui ne dépend pas de moi et est valable pour tous.
Un jugement est objectif s'il est universel. (Accord des esprits entre eux)

Subjectif

1. Est subjectif ce qui se rapporte au sujet de la connaissance.
Un jugement est subjectif s'il appartient à la conscience.

2. Est subjectif ce qui dépend de moi ou d'un point de vue particulier.
Un jugement est subjectif s'il reflète les passions, les préjugés et les choix personnels d'un sujet. Synonyme de partialité.

Objectivité

En général, l'objectivié est le caractère de ce qui est objectif.

1. L'objectivité est l'accord de la pensée au réel. En ce sens, l'objectivité est la condition de la vérité entendue comme correspondance à la réalité (critère de vérité-correspondance).

2. L'objectivité est une attitude de l'esprit opposée à la subjectivité au sens 2 et qui garantit l'objectivité au sens 1 (l'accord de la pensée avec le réel).

Subjectivité

En général, la subjectivité est le caractère de ce qui est subjectif.

1. La subjectivité est tout ce qui concerne l'homme en tant qu'il est un sujet, c'est-à-dire une conscience qui connaît l'objet. On parle souvent en ce sens de subjectivité transcendantale au sens de Kant.

2. La subjectivité est aussi l'ensemble des caractéristiques d'une conscience individuelle. On parle souvent en ce sens de subjectivité empirique.

Subjectivisme

Le subjectivisme consiste à tout juger d'un point de vue subjectif au sens 2. Pour le subjectivisme en ce sens, il n'y a pas d'objectivité possible. "A chacun sa vérité".

Le subjectivisme débouche sur le relativisme universel de Protagoras:
"L'homme est la mesure de toute chose. Telles les choses m'apparaissent, telles elles sont. Telles les choses t'apparaissent, telles elles sont."

Dictionnaires de référence


Discussion

Le paradoxe de l'objectivité vient du fait que la connaissance objective, qui exige le dépassement de la subjectivité au sens 2, n'est possible que grâce à la subjectivité au sens 1 : il n'y a pas d'objet connu sans sujet de connaissance. Une connaissance indépendante du sujet n'existe donc pas. En ce sens, tout jugement est subjectif au sens 1.

Le problème philosophique de l'objectivité est de déterminer les critères et le fondement de l'objectivité de la connaissance.

Pour la philosophie antique, l'objet de la connaisance est la réalité elle-même, telle qu'elle existe indépendamment du sujet. La connaissance est pour eux la contemplation de la vérité qui se confond avec l'être lui-même : la réalité.

Kant critique la théorie de la vérité "correspondance à la réalité" et pose de façon moderne le paradoxe de l'objectivité: nous ne sortons jamais de nous-mêmes, nous n'avons jamais affaire qu'à nos propres représentations. Comment, dans ces conditions, prétendre connaître des vérités nécessaires et universelles ?
La solution kantienne s'appuie sur la distinction entre les noumènes (chose en soi) indépendants de nous mais inconnaissables et les phénomnènes (choses pour nous) dépendants de nous mais connaissables. Pour plus de détails, voir la fiche sur Kant et la préface à la seconde édition de la Critique de la raison pure.

La question moderne de l'objectivité est liée au développement de la mécanique newtonienne. L'objet de la science moderne est bien une réalité indépendante du sujet individuel, mais c'est une réalité saisie au travers de représentations construites par l'activité scientifique elle-même, et en particulier grâce aux outils mathématiques utilisés pour les modéliser. Ainsi, on ne sort jamais du monde des représentations (voir ci-dessous dans les référence, le texte de Kant), et pourtant certaines de ces représentations peuvent êtres dites objectives alors que les autres sont simplement subjectives. Comment alors faire la part de l'objectif et du subjectif?

Pour atteindre l'objectivité, le sujet doit être neutralisé sans être supprimé. La conformité à l'objet, donc l'objectivité, dépend de la démarche : c'est la méthode qui garantit l'objectivité. La réflexion sur l'objectivité passe donc par l'étude de l'activité scientifique. Les conditions de l'objectivité ne sont pas données une fois pour toute de toute éternité. Chaque science déterminerait au cours de son histoire ses objets et la forme d'objectivité qui lui est propre.

Qu'en est-il de l'objectivité quand l'objet de la connaissance est le sujet lui-même ? Le sujet peut-il se connaître lui-même en toute objectivité ? Cette question renvoie aussi à la relation aux autres sujets: ai-je besoin d'autrui pour être objectif, et en particulier pour me connaître moi-même?

D'une façon plus générale, les sciences humaines peuvent-elles être objectives ? Si oui, Leurs conditions d'objectivité peuvent-elles se réduire à celles des sciences de la nature?


Mise en oeuvre de la distinction

Ai-je besoin d'autrui pour être objectif?



Maryvonne Longeart
Accueil | Cours | Programmes | Textes | Site académique

 

 

Accueil | Cours | Programmes | Textes | Site académique |