Les liens dans le texte permettent d'afficher des commentaires explicatifs au passage de la souris, ou d'accéder, en cliquant, à des documents complémentaires.
Cours

Freud

Une difficulté de la psychanalyse
(1917)

Sigmund Freud, L'Inquiétante étrangeté et autres essais, trad. Bertrand Féron, Gallimard, 1985

(1/3)

Aide

Je tiens à dire d'emblée que je ne pense pas à une difficulté intellectuelle, quelque chose qui rendrait la psychanalyse inaccessible à la compréhension de son destinataire (qu'il soit auditeur ou lecteur), mais à une difficulté affective : quelque chose par quoi la psychanalyse s'aliène les sentiments de son destinataire, de sorte que celui-ci est moins enclin à lui accorder son intérêt ou sa foi. Comme on le voit, les deux sortes de difficultés conduisent au même résultat. Quiconque n'a pas suffisamment de sympathie en réserve pour une chose aura également du mal à la comprendre.

Par égard pour le lecteur, dont j'imagine pour l'instant qu'il n'a rien à faire avec la psychanalyse, il faut que je remonte un peu plus loin. À partir d'un grand nombre d'observations fragmentaires et d'impressions, il a fini par se constituer en psychanalyse quelque chose comme une théorie, qui est connue sous le nom de théorie de la libido. Il est connu que la psychanalyse s'occupe d'élucider et d'éliminer ce qu'on appelle les troubles nerveux. Pour aborder ce problème, il a fallu trouver un point d'application, et l'on s'est décidé à le chercher dans la vie pulsionnelle de l'âme. Ce sont donc des hypothèses sur la vie pulsionnelle de l'homme qui ont constitué le fondement de notre conception de la nervosité.

La psychologie qui est enseignée dans nos écoles ne nous fournit que des réponses très peu satisfaisantes quand nous l'interrogeons sur les problèmes de la vie psychique. Mais il n'est pas de domaine où ses informations soient plus indigentes que celui des pulsions.

La voie par laquelle nous pourrions sur ce point mettre en place une première orientation est laissée à notre discrétion. La conception populaire distingue la faim et l'amour comme représentants [Vertreter] des pulsions qui tendent à conserver l'individu et de celles qui tendent à le reproduire. Nous ralliant à cette distinction qui tombe sous le sens, nous distinguons également en psychanalyse les pulsions d'autoconservation ou pulsions du moi des pulsions sexuelles, et nous appelons la force par laquelle la pulsion sexuelle se manifeste dans la vie psychique, libido - demande sexuelle - , où nous voyons quelque chose d'analogue à la faim, à la volonté de puissance, etc., du côté des pulsions du moi.

Sur le terrain de cette hypothèse, nous faisons alors la première découverte importante. Nous apprenons que les pulsions sexuelles sont le facteur de loin le plus important pour la compréhension des affections névrotiques, que les névroses sont pour ainsi dire les affections spécifiques de la fonction sexuelle. Que le fait qu'un homme soit atteint ou non d'une névrose dépend de la quantité de la libido et de la possibilité de la satisfaire et de la décharger par la satisfaction. Que la forme de l'affection est déterminée par la manière dont l'individu a parcouru le chemin de l'évolution de la fonction sexuelle, ou, comme nous disons, par les fixations que sa libido a subies au cours de son évolution. Et que nous avons, en une certaine technique d'influence psychique, technique qui n'est pas très simple, un moyen tout à la fois d'élucider et d'annuler un bon nombre de groupes de névroses. Notre effort thérapeutique donne les meilleurs résultats pour une certaine classe de névroses, qui proviennent du conflit entre les pulsions du moi et les pulsions sexuelles. Il arrive en effet chez l'homme que les exigences des pulsions sexuelles, qui débordent de fait largement l'individu, apparaissent au moi comme un danger qui menace son autoconservation ou l'estime qu'il a de soi. Alors le moi se met sur la défensive, il refuse aux pulsions sexuelles la satisfaction souhaitée, et les contraint aux détours d'une satisfaction substitutive qui viennent au jour comme symptômes nerveux.

La thérapie psychanalytique parvient alors à soumettre à révision le processus du refoulement et à diriger le conflit vers un dénouement meilleur et compatible avec la santé. Des adversaires peu avisés nous reprochent alors de prendre en compte les pulsions sexuelles de manière unilatérale : l'homme aurait tout de même d'autres intérêts que sexuels. Mais cela, nous ne l'avons pas oublié ni dénié un seul instant. L'unilatéralité de notre position est semblable à celle du chimiste qui ramène toutes les combinaisons à la force de l'attraction chimique. Il ne nie pas pour autant la force de la pesanteur, il laisse au physicien le soin de l'évaluer.

Au cours du travail thérapeutique, nous devons nous préoccuper de la répartition de la libido chez le malade, nous recherchons à quelles représentations d'objets sa libido est liée, et nous la libérons pour la mettre à la disposition du moi. Ce faisant, nous en sommes arrivés à nous faire de la répartition initiale, originaire de la libido chez l'homme une image très singulière. Il nous a fallu faire l'hypothèse qu'au début de l'évolution individuelle, toute la libido (toutes les aspirations érotiques, toute la capacité d'amour) est attachée à la personne propre, qu'elle investit, comme nous disons, le moi propre. C'est seulement plus tard, par étayage sur la satisfaction des grands besoins vitaux, qu'il arrive que la libido s'épanche du moi vers les objets extérieurs, à partir de quoi seulement nous sommes en mesure de reconnaître les pulsions libidinales en tant que telles et de les distinguer des pulsions du moi. La libido peut à nouveau se détacher de ces objets et se retirer dans le moi.

L'état dans lequel le moi garde la libido auprès de lui-même, nous l'appelons narcissisme, en souvenir de la légende grecque de l'adolescent Narcisse, resté amoureux de sa propre image en miroir.

Nous attribuons donc à l'individu un progrès qui le fait passer du narcissisme à l'amour d'objet. Mais nous ne croyons pas que la libido du moi soit jamais transférée aux objets dans sa totalité. Une certaine quantité de libido demeure toujours auprès du moi, une certaine dose de narcissisme se perpétue en dépit d'un amour d'objet hautement développé. Le moi est un grand réservoir à partir duquel la libido destinée aux objets se répand, et vers lequel elle reflue à partir des objets. La libido d'objet a commencé par être libido du moi et elle peut se transmuer à nouveau en libido du moi. Il est essentiel à la plénitude de la santé d'un individu que sa libido ne perde pas la plénitude de sa mobilité. Pour concrétiser ce rapport, pensons à un animalcule protoplasmique dont la substance liquide consistante émet des pseudopodes, des excroissances dans lesquelles la substance corporelle se prolonge, mais qui peuvent être résorbées à tout moment, de sorte que la forme de la petite masse protoplasmique se reconstitue.

Ce que j'ai cherché à décrire par ces indications est la théorie libidinale des névroses, sur laquelle se fondent toutes nos conceptions de l'essence de ces états pathologiques et notre méthode thérapeutique à leur encontre. Il va de soi que nous étendons la validité des présupposés de la théorie de la libido également au comportement normal. Nous parlons du narcissisme du petit enfant et nous attribuons au narcissisme excessif de l'homme primitif le fait qu'il croit à la toute-puissance de ses pensées et veut de ce fait influencer le cours des événements dans le monde extérieur par la technique de la magie.



Maryvonne Longeart
Accueil | Cours | PhiloSophie

 

 

 

Fiche de lecture

 


Autres textes