Accueil | Cours | Programmes | Textes | Site académique |

Cours du LOG

Lire le texte en repérant les concepts clés et les principales articulations

Lire le texte en repérant les concepts clés et les principales articulations et répondre aux questions :

Ces éléments vous serviront pour rédiger l'introduction et organiser votre explication.

Quelques pistes de réflexion

Epicure oppose la superstition à la science. Quels sont leurs points communs et leurs différences ?

Quelques lectures pour approfondir

 

Expliquer le texte suivant :

Les signes annonciateurs du temps, qu'on tire du fait que certains animaux célestes ou constellations se lèvent en même temps que le soleil, n'ont lieu que par une coïncidence. Car les animaux célestes ne présentent rien en eux qui puisse déterminer la production du mauvais temps ; et d'autre part, il n'y a pas une nature divine qui s'occupe à observer les levers de ces animaux pour accomplir ensuite par sa puissance ce que ces signes annoncent. Car il n'y a pas d'être animé quel qu'il soit, pour peu qu'il ait d'intelligence, qui tombe dans une folie assez grande pour se livrer à une pareille occupation ; bien moins encore, un être possédant la béatitude parfaite.

Rappelle-toi tout ce que je viens de te dire, Pythoclès. Par là en effet tu sortiras décidément de la mythologie et tu te rendras capable de saisir les autres choses du même genre que celles-ci. Toutefois, tu dois surtout te consacrer à méditer sur les principes des choses, sur l'infinité de l'univers et les questions de même ordre ; puis aussi sur les critères de la vérité et sur les affections, sans oublier le but en vue duquel nous avons étudié tout cela. Car ces vues d'ensemble te permettront de déterminer aisément les causes des faits particuliers. Mais ceux qui n'aimeront pas ces choses-là par-dessus tout, ceux-là ne comprendront jamais bien les questions dont il s'agit, et jamais ils n'acquerront ce qui est le but de l'étude qu'on en fait.

ÉPICURE,
Lettre à Pythoclés, Nathan, trad. Hamelin revue, 1998, p. 75

La connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise. Il faut et il suffit que l’explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question.




Maryvonne Longeart

Accueil | Cours | Programmes | Textes | Site académique

 

Autres sujets


Epicure