Site académique

 

Textes de Saussure


 

 


 

Ferdinand de Saussure
1857 - 1913

 

 
   

 

Éléments de biographie

Linguiste suisse, né à Genève, fondateur de la linguistique moderne.

Les premières études de Saussure portent sur le sanscrit


Thèmes majeurs

Le signe linguistique et la langue

Saussure le définit comme l'union indissociable d'un signifiant (aspect matériel) et d'un signifié (aspect conceptuel).

Un signe n'a une valeur sémantique qu'en tant qu'il appartient à un système de signes. Par exemple, le signifié de "mouton" se spécifie dans son opposition à "vache", "brebis" etc.. Ainsi, l'élément (le signe) ne préexiste pas au système (la langue) auquel il appartient. La langue, par ailleurs se définit comme système de signes, c'est-à-dire un ensemble de relations, une structure.

De Saussure compare le fonctionnement de la langue à celui d'un jeu d'échec : La valeur respective des pièces dépend de leur position sur l'échiquier. Ainsi, le sens d'un mot dépend de l'ensemble de la langue. Et dans la langue comme aux échecs, les changements portent sur des éléments isolés mais ont un retentissement sur tout le système.

Les structuralistes (cf. Levi-Strauss) appliqueront cette idée à l'étude de tous les phénomènes culturels et sociaux.


La langue et la parole

Saussure distingue langage, langue et parole.

Le langage est une faculté humaine qui rend possible la production sociale de systèmes de signes qui servent à communiquer : les langues particulières.

La langue-système est un phénomène social qui doit être étudiée dans sa structure, abstraction faite de toute approche historique.

La parole, acte individuel d'utilisation de la langue dans un contexte particulier, n'est pas l'objet de la linguistique. Benveniste contestera cette position de Saussure le redonnera à la parole, ou énonciation, sa place comme objet d'étude linguistique.


Principales oeuvres

Cours de linguistique générale (notes de cours publiées à titre posthume par ses étudiants Bally et Séchehaye)



Maryvonne Longeart