Textes

 

Site académique

Cours

Edward Sapir
1884-1939

Benjamin Whorf
1897-1941


Eléments de biographie

Edward Sapir

Linguiste et ethnologue américain d'origine allemande. Maître et collaborateur de Benjamin Whorf avec qui il a étudié les langues amérindiennes et a formulé la fameuse "hypothèse Sapir-Whorf" sur le rapport entre langage et réalité.

Il est un des fondateurs de la phonologie.

Benjamin Whorf

Élève et collaborateur de Sapir.

 


Thèmes majeurs

Langage et pensée

Quelle que soit la réponse donnée à la question "la pensée est-elle possible sans la parole?", il convient de souligner que la parole, et le langage en général, n'est pas toujours accompagnée de pensée, si par "pensée" on entend la pensée conceptuelle et rationnelle à l'oeuvre dans le raisonnement. "Le langage est avant tout une fonction extrarationnelle." (Sapir, Le Langage Payot, 1967, pp. 17.) C'est une machine propre à toutes sortes d'usages psychiques et dont la pensée abstraite n'est que la forme la plus élevée.

Langage et réalité

L'étude des langues amérindiennes, sur les plans phonologique, syntaxique et sémantique, amène Sapir à réviser les conclusions tirées de l'étude des familles linguistiques les plus souvent étudiées (indo-européennes et chamito-sémitiques). Il en conclut qu'il n'y a pas d'autre accès au monde pour un locuteur qu'au travers des formes de représentations permises par la langue qu'il utilise. Selon cette hypothèse connue sous le nom de "hypothèse Sapir-Whorf", le langage n'est pas un simple reflet de la réalité. Il contribue à la structurer. "Nous découpons la nature suivant les voies tracées par notre langue maternelle" (Whorf, Linguistique et anthropologie , Denoël, p. 125.)
Énoncé de l'hypothèse : " La langue d'une société humaine donnée organise l'expérience des membres de cette société et par conséquent façonne son monde et sa réalité. "

Whorf tire de ses comparaisons entre les langues amérindiennes et les langues indo-européennes une généralisation de la théorie de Sapir et de ce qu'il appelle le "principe de relativité linguistique" en vertu duquel des locuteurs de langues ayant des grammaires notablement différentes arrivent à des visions du monde dissemblables. Whorf va même plus loin : le discours scientifique moderne serait la rationalisation systématique de la grammaire de base des langues indo-européennes. La grammaire n'est pas à proprement parler la cause de la science, mais elle en induit une certaine forme ou coloration.


Principales oeuvres

Sapir

Whorf


Pour en savoir plus

Encyclopédie Wikipédia



Maryvonne Longeart