Site académique

 

Textes de Platon


 

 

 

 

 

 

 

Platon

427-347 av. J.-C..

 
   

 

Éléments de biographie

Né à Athènes d’une grande famille aristocratique, Platon était destiné à une brillante carrière politique. Mais Athènes est affaiblie par les guerres du Péloponnèse et la démocratie athénienne est en crise.

En -407, Platon a 20 ans, il rencontre Socrate dont il devient l’élève et le disciple. Face à la décadence politique d’Athènes, Socrate incarne l’exigence de vérité et de justice.

Socrate est condamné à mort en -399. Platon, convaincu alors que seule la philosophie peut instaurer un ordre politique juste, choisit de s’exiler. Il voyage et se rend en Italie, à Syracuse, où il rencontre les pythagoriciens et tente de mettre en pratique ses idées politiques auprès de Denys l’Ancien. C’est un échec.

Platon revient à Athènes en -387. Il a 40 ans. Il fonde son école, l’Académie.

Platon se rendra à nouveau à Syracuse pour conseiller Denys le Jeune. C’est un nouvel échec.

Platon meurt à Athènes en -347 sans avoir pu réaliser son rêve d'une cité idéale où le juste ne serait pas condamné à mort et dans laquelle les rois seraient philosophes, ou les philosophes rois.

L’Académie, restera ouverte jusqu’en 529 après J. C


Thèmes majeurs

L'enseignement de Socrate était exclusivement oral. Platon, au contraire, à écrit des dialogues dans lesquels il expose sa philosophie en mettant en scène la figure du philosophe, le plus souvent Socrate, entouré de personnages divers : personnalités intellectuelles, jeunes nobles d'Athènes, hommes politiques, ou poètes. Le philosophe met à l'épreuve ses interlocuteurs et dénonce leurs prétentions. Car, avant de savoir si l'on sait véritablement quelque chose, il faut savoir qu'on ne sait rien, et, pour cela, dissiper toutes ses illusions. Platon s'en prend tout particulièrement aux sophistes, maîtres de rhétorique, qui enseignaient l'art de la persuasion par le discours et qui prétendaient avoir un savoir encyclopédique.

La théorie des idées
Platon cherche à expliquer la connaissance et la possibilité de saisir une idée générale par delà la diversité des cas particuliers.
Ex.: L’idée unique du Beau / La multiplicité des choses belles.
Qu’est-ce qui fait qu’une chose belle est belle? Quelle est l’essence du beau? Platon en vient à distinguer deux mondes :

Le monde sensible
Le monde intelligible
Multiplicité
Changement
Image
Apparence
Illusion
Opinion (Doxa)
Unité
Immuabilité
Idée
Essence
Réalité
Science (Epistémé)

Seul le monde des Idées (ou Formes) est réel. La réalité du monde sensible ne lui vient que de sa "participation" au monde intelligible : il y a un peu d’intelligible (de connaissable) dans le sensible.
Cette théorie est représentée de façon métaphorique dans l’Allégorie de la caverne (République, VII).


La méthode dialectique

Pour s’élever du monde sensible au monde intelligible, il faut pratiquer l’art du dialogue ou "dialectique". La dialectique permet de retrouver l’essence des choses sensibles en procédant par étape, d’hypothèse en hypothèse, à la manière des mathématiciens, à partir du cas particulier concret jusqu’à la définition abstraite.

Exemple :

4.
Amour du Beau en soi
Intuition intellectuelle des essences (Idées)

3.
Amour des belles âmes
Pensée discursive
(Raisonnements et définitions)

2.
Amour des beaux corps
Opinion droite
(Opinions vraies, mais non justifiées)
1.
Amour d’un beau corps

Impression sensible
(images, apparences)

Remonter par étapes de l'amour d'un beau corps, à l'amour du Beau en soi

 

Trouver l'unité des essences :
Le Bien
Le Vrai
Le Beau

Terme de la dialectique ascendante, point de départ de la dialectique descendante

1. Dialectique ascendante
Partir de la diversité
du sensible

Première phase

2. Dialectique descendante
Retrouver l’unité (l’essence)
dans la diversité du sensible

Deuxième phase

Les deux phases de la dialectique

Ainsi, le philosophe se définit comme celui qui accouche les esprits de la vérité, celui qui pratique ce que Socrate nomme dans Théétète " la maïeutique ". Le sage accouche de la pensée, il critique les opinions pour révéler que les choses ne sont pas ce qu'elles paraissent, mais ont une réalité supérieure.

La théorie de la réminiscence
Ce qui guide le philosophe dans sa démarche, c’est le souvenir que l’âme a d’avoir déjà connu les idées. Sans ce souvenir vague et confus, la recherche de la vérité ne pourrait même pas commencer. L’âme aurait déjà vécu antérieurement. Elle serait prisonnière du corps et seule la mort devrait la délivrer. L’âme enfermée dans le corps ne pourra pas vraiment avoir la pure intuition intellectuelle des essences.
Connaître, pour Platon, c’est donc se remémorer. C'est l’interprétation que Platon fait de l'inscription sur le fronton du temple d'Apollon à Delphes : "connais-toi toi-même", invitation du Dieu à son visiteur. Se connaître, c’est retrouver en soi ce que l'on a déjà connu.


La politique
Pour Platon, le but ultime de la politique est la justice. Qu’est-ce qu’une cité juste? Qu’est-ce qu’un homme juste? C’est la grande préoccupation de Platon.
L’harmonie dans la Cité, comme l’harmonie dans l’âme repose sur la justice et la justice repose sur l’équilibre, l’ordre : à chacun sa place en fonction de sa nature:

Parties de l’âme
Vertus
Classes de la Cité
Rôles
Raison
Sagesse
Gouvernants
Commander
Volonté
Courage
Gardiens
Défendre
Passion
Tempérance
Artisans
Produire

Platon croit en l’inégalité naturelle des individus et il favorise un gouvernement aristocratique (au sens étymologique de "gouvernement par l’élite", c’est-à-dire par ceux qui sont naturellement les meilleurs).

La morale
Elle est étroitement liée à la politique. Le but ultime de la politique, c’est la justice, c’est-à-dire l’application du Bien, donc la morale.
Pour Platon, connaître le Vrai = connaître le Beau = connaître le Bien.

Être méchant, c’est être ignorant du véritable bien. "Nul n’est méchant volontairement".

L’Art : théorie de la mimésis
Les artistes imitent (mimésis=imitation) la réalité sensible. Le sensible n’étant qu’une imitation de l’intelligible, l’art est donc une imitation d’imitation => Platon chasse les artistes de sa Cité idéale.
Le Beau = Le Vrai. La vraie beauté est intelligible et non sensible. Dans les objets sensibles, la beauté = l'utilité. Le plus bel objet est celui qui convient le mieux à sa fonction ("principe de convenance").


Impact


Platon a fait connaître Socrate et il a été le maître d’Aristote. Directement ou par l’intermédiaire d’Aristote, il a influencé toute la pensée occidentale, chrétienne et musulmane.
Avec Socrate, il a été le premier à affirmer l’importance de la Raison (par opposition aux explications mythologiques) dans la connaissance du monde. (Origine de la science moderne)
En philosophie politique, sa Cité idéale a inspiré les grandes utopies de Saint Augustin (La Cité de Dieu), de Thomas More (Utopia) et de Campanella (La Cité du soleil).


Principales oeuvres

Oeuvres de jeunesse :

  • L'Apologie de Socrate
  • Protagoras
  • Gorgias...

Oeuvres de la maturité :

  • Phédon
  • Le Banquet
  • Phèdre
  • La République...

Dernières oeuvres :

  • Parménide
  • Théétète
  • Le Sophiste
  • Le Politique
  • Timée
  • Philèbe
  • Les Lois...


Maryvonne Longeart