Site académique

Cours


Textes de Nietzsche

 

Friedrich Nietzsche

1844-1900

(page en construction)

Eléments de biographie

Philosophe allemand.


Thèmes majeurs

Dans un premier temps, inspiré de la philosophie antique et de Schopenhauer, Nietzsche oppose la figure de Dionysos (démesure, indétermination) à celle d'Apollon (construction, détermination), antagonisme qui se résoud dans l'oeuvre d'art tragique.

Nietzsche va ensuite développer le thème de la libération, grâce à la science, des idéaux de la métaphysique, de la religion et de la morale. La science est libératrice moins à cause de ses certitudes et de ses résultats que grâce à sa méthode et au doute qu'elle exige.

Cette remise en question aménera Nietzsche à se demander non plus, comme Platon, "Qu'est-ce que le Vrai, le Bien, le Beau?" mais "Pourquoi préférer le vrai au faux, le bien au mal, le beau au laid?". Ce déplacement du questionnement philosophique débouchera sur les thèmes de la volonté de puissance, du renversement des valeurs, de l'éternel retour et du surhomme: l'être est volonté de puissance, c'est-à-dire pouvoir de poser et d'imposer des valeurs qui mérite de revenir éternellement. Le surhomme est précisément celui qui, en tant que créateur de valeur, ne regrette rien et assume le monde dans son intégralité.

Contre l'optimisme ambiant et les rêves de sécurité tranquille, Nietzsche attaque avec virulence la culture mystificatrice qui transforme l'humanité en troupeau servile. Condamnant le "ressentiment", il dénonce ce qu'il appelle la morale des esclaves. "Il n'y a de liberté que pour les âmes guerrières."

Dans la publication posthume de La Volonté de puissance, La soeur de Nietzsche, associée à l'extrême-droite antisémite, détournera de son sens sa philosophie. C'est à tort que, après la Deuxième Guerre mondiale, Nietzsche sera parfois accusé d'avoir été le maître à penser du national-socialisme, dû à un malentendu sur la notion de Surhomme, confondue avec celle de "race supérieure" des nazis.

Nietzsche est considéré, avec Marx et Freud, comme l'un des philosophes qui ont le plus contribué à démystifier la conduite humaine et les apparences de la morale traditionnelle.

Freud reconnaîtra en Nietzsche un précurseur de la psychanalyse. (Critique du privilège de la conscience, dénonciation du ressentiment et reconnaisse de la primauté de l'illogisme sur le rationnel.)


Principales oeuvres

Pour en savoir plus

Encyclopédie Wikipédia



Maryvonne Longeart