Site académique

 

Textes de Lévi-Strauss


 

 

 

 

 

Claude
Levi-Strauss

1908 -

 
    Éléments de biographie

Ethnologue français contemporain, né à Bruxelles en 1908, Claude Levi-Strauss, philosophe de formation, est l'un des fondateurs du structuralisme dans les sciences humaines.

Durant un long séjour au Brésil (1935-1945), il étudie les cultures traditionnelles des indiens d'Amazonie (relations de parenté, mythes, etc.)

Sous l'influence du linguiste Roman Jakobson rencontré aux États-Unis, il s'inspire de la linguistique structurale pour élaborer la théorie structuraliste en anthropologie.

Depuis 1958, Levi-Strauss enseigne l'anthropologie structurale au Collège de France.


Thèmes majeurs

Nature et culture

Il est difficile de séparer, dans une analyse réelle, les domaines respectifs du naturel et du culturel. Cependant, d'un point de vue méthodologique, il est possible de retenir un critère de distinction : "Partout où la règle se manifeste, nous savons avec certitude être à l'âge de la culture. Symétriquement, il est aisé de reconnaître dans l'universel le critérium de la nature." (Les Structures élémentaires de la parenté, P. U. F., 1949, p.8.) Les règles sont relatives et particulières à chaque société.

La règle de la prohibition de l'inceste, qui interdit le mariage à l'intérieur d'un certain champ de parenté, est à la fois universelle (elle existe comme telle dans toutes les sociétés) et relative (elle se présente sous des modalités différentes dans les différentes sociétés). En tant que telle, elle serait le point d'articulation entre nature et culture.

En fait, cet interdit n'est que le négatif (au sens photographique du terme) de la règle fondamentale de l'échange (la réciprocité du don) sans laquelle la société ne pourrait exister : interdire l'union dans le groupe, c'est induire l'échange des conjoints entre les groupes et donc l'alliance.

Cette approche de la culture, au-delà de la comparaison des cultures, permet de dépasser l'ethnocentrisme primaire qui se manifeste par la tendance à rejeter dans la nature, hors de la culture, les formes culturelles les plus éloignées des nôtres. La "pensée sauvage", loin d'être "primitive" (au sens de élémentaire ou irrationnelle) présente une logique propre d'une complexité et d'une rigueur égale à la pensée moderne, quoique différente.

La méthode en sciences humaines : le structuralisme

Une fois dépassé le stade superficiel de l'observation de la relativité et de la diversité des cultures, l'ethnologue doit dégager un modèle théorique universel permettant de comprendre le fonctionnement de toute société.

Cette idée, Levi-Strauss l'empreinte à la linguistique saussurienne. Déjà en effet Ferdinand de Saussure avait souligné que la linguistique devait pouvoir dégager, au-delà de la diversité des langues, les principes fondamentaux de fonctionnement de toute langue. Pour cela, Saussure avait développé une approche "structurale" de la linguistique mettant l'accent sur la notion de système.

Une société, comme une langue, n'est pas d'abord un agrégat d'éléments isolés mais un ensemble de relations qui forme une structure abstraite selon une logique dont les différents acteurs (membres de la société, locuteurs de la langue) ne sont pas nécessairement conscients. Ainsi, l'objet des sciences humaines n'est pas l'homme mais les systèmes culturels. C'est en ce sens qu'il faut comprendre la déclaration de Levi-Strauss dans La Pensée sauvage : "Nous croyons que le but dernier des sciences humaines n'est pas de constituer l'homme, mais de le dissoudre."

La critique de l'humanisme

Le structuralisme méthodologique de Levi-Strauss n'est qu'un des aspects d'une position philosophique plus générale. Pour Levi-Strauss, l'humanisme chrétien qui culmine dans la philosophie de Descartes faisant de l'homme le sommet de la pyramide des êtres et le "maître et possesseur" de la nature, est à l'origine de l'ethnocentrisme mégalomane des occidentaux et de toutes ses dérives (colonialisme, génocides, destruction de l'environnement ...). Il faut remettre l'homme à sa place dans la nature pour mieux respecter l'homme.


Principales oeuvres
  • Les Structures élémentaires de la parenté (1949)
  • Tristes Tropiques (1955)
  • Le Totémisme aujourd'hui (1962)
  • La Pensée sauvage (1962)
  • Mythologiques (quatre volumes publiés entre 1964 et 1971)
  • Anthropologie structurale (vol. I, 1958, vol. II 1973)

Maryvonne Longeart