Textes de Condillac


 

Etienne Bonnot

de Condillac

1715-1780

 

Éléments de biographie

Philosophe empiriste français, né à Grenoble en 1715.

Destiné à la prêtrise, il reçoit une formation religieuse puis rencontre les philosophes et les Encyclopédistes (Fontenelle, Diderot, Rousseau...)

De 1758 à 1767, il est précepteur du duc de Parme. Sa conception de l'éducation et le rôle qu'il attribue à la sensation dans le développement des facultés inspireront au XIXe s. les travaux de Jean-Marc Itard sur le Sauvage de l'Aveyron.

Condillac est élu à L'Académie en 1768.


Thèmes majeurs

S'inspirant de Locke et s'opposant à Descartes, Condillac est le fondateur du sensualisme. Le sensualisme est un empirisme radical qui fait de la sensation, avec le concours du langage, l'unique origine de toutes les connaissances et de toutes les facultés. "Autant nos sensations peuvent s'étendre, autant la sphère de nos connaissances peut s'étendre : au-delà toute découverte nous est interdite."

Dans son Traité des sensations, Condillac imagine une statue dépourvue de toute sensation mais "organisée à l'intérieur comme nous et animée d'un esprit privé de toute espèce d'idées". Les différents sens lui sont attribués progressivement, l'un après l'autre, et Condillac reconstitue par cette expérience imaginaire la genèse des opérations de l'esprit et des savoirs.

Les analyses de Condillac sur la sensation sont représentatives de la psychologie des Lumières et ont inspiré les travaux de Jean-Marc Itard sur l'éducation des sourds et muets et la rééducation de Victor, l'enfant sauvage de l'Aveyron. Le sensualisme de Condillac a également influencé les théories éducatives de Maria Montessori (médecin et pédagogue italienne, 1870-1952)

Condillac est également considéré comme un précurseur de la philosophie analytique contemporaine pour l'importance qu'il accorde à l'analyse des données des sens, au langage et à la logique (celle de Port-Royal pour Condillac). La science se définit pour lui comme une "langue bien faite". Condillac affirme le caractère conventionnel du signe linguistique, préfigurant la linguistique moderne (Ferdinand de Saussure), et, pour lui, les mathématiques sont un système de signes dépourvu de signification et d'objet extérieur au système lui-même (anticipation du formalisme logique de Russell).


Principales oeuvres

Pour en savoir plus

Encyclopédie Wikipédia

 



Maryvonne Longeart

 

Cours

Site académique