On devrait toujours être légèrement improbable.  Wilde
Philosophes à l'affiche
Recherche
Recherche
Classes terminales
Concours de philo
Divers
Ebooks de philo
Philo en vidéo
Connexion...

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  685 visiteurs
  2 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 186 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.ac-grenoble.fr/PhiloSophie/data/fr-articles.xml

L'art nous révèle les nuances et les couleurs de nos émotions et de nos sentiments

A quoi vise l'art, sinon à nous montrer, dans la nature et dans l'esprit, hors de nous et en nous, des choses qui ne frappaient pas explicitement nos sens et notre conscience ? Le poète et le romancier qui expriment un état d'âme ne le créent certes pas de toutes pièces ; ils ne seraient pas compris de nous si nous n'observions pas en nous, jusqu'à un certain point, ce qu'ils nous disent d'autrui. Au fur et à mesure qu'ils nous parlent, des nuances d'émotion et de pensée nous apparaissent qui pouvaient être représentées en nous depuis longtemps, mais qui demeuraient invisibles : telle, l'image photographique qui n'a pas encore été plongée dans le bain où elle se révélera. Le poète est ce révélateur. Mais nulle part la fonction de l'artiste ne se montre aussi clairement que dans celui des arts qui fait la plus large place à l'imitation, je veux dire la peinture. Les grands peintres sont des hommes auxquels remonte une certaine vision des choses qui est devenue ou qui deviendra la vision de tous les hommes. Un Corot, un Turner, pour ne citer que ceux-là, ont aperçu dans la nature bien des aspects que nous ne remarquions pas. Dira-t-on qu'ils n'ont pas vu, mais crée, qu'ils nous ont livré les produits de leur imagination, que nous adoptons leurs inventions parce qu'elles nous plaisent, et que nous nous amusons simplement à regarder la nature à travers l'image que les grands peintres nous en ont tracée ? C'est vrai dans une certaine mesure mais s'il en était uniquement ainsi, pourquoi dirions-nous de certaines oeuvres — celles des maîtres — qu'elles sont vraies ?


La pensée et le mouvant, Essais et conférences, V. La perception du changement




Date de création : 18/01/2005 @ 22:51
Dernière modification : 13/11/2005 @ 12:35
Catégorie : -
Page lue 3494 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !