Il n'est pas contraire à la raison de préférer la destruction du monde à une égratignure de mon doigt.  Hume
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Formation continue

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 183

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 2

Total visites Total visites: 6296122  

Record connectés :
Record connectés :Membres: 17

Le 13/02/2009 @ 23:52

Record connectés :Cumulé : 2231

Le 16/06/2013 @ 22:26

Collection Profil - Notions philosophiques

 

Les ebooks que nous mettons à votre disposition, sont disponibles dans trois formats :

1.     PDF (Adobe), sans doute le plus universel, particulièrement adapté à la  lecture sur les écrans d'ordinateurs. Pour un confort de lecture maximal, nous vous conseillons vivement l’affichage « Plein écran » dans Adobe Reader (touche ctrl+L sur un PC).
Pour visualiser les ebooks proposés dans ce format, vous devez avoir installé le logicielAdobe Reader. Pour plus de précisions sur l'utilisation d'ebooks au format PDF, veuillez consulter la FAQ.
Adobe Reader est gratuit, cliquer sur l'icône ci-dessous pour le télécharger:

icon_get_adobe_reader.gif

2.   ePub, le nouveau format universel destiné aux liseuses de type Sony reader mais aussi aux téléphones portables de type iPhone ou Androïd. C'est également le format idéal pour lire sur l'Ipad d'Apple via le logiciel Books. Nous conseillons l'usage du logiciel Calibre pour la gestion des bibliothèques d'ebooks à ce format et leur visualisation sur l'ordinateur ainsi que pour la communication avec les liseuses. A noter: on peut également utiliser Adobe digital editions.
 
3.   Mobi, est le format propriétaire du Kindle d'Amazon. Un logiciel Kindle est disponible pour PC et Mac, mais aussi pour iOS (iphone, ipad) et Androïd pour les smartphones. Il permet le téléchargement de livres sur le Kindle store. Il est ergonomique et permet la prise de notes. Il offre un excellent confort de lecture à l'écran. 

Tous ces ouvrages, anciennement publiés dans la collection Profil d'une notion chez Hatier, sont repris ici grâce au soutien de Laurence Hansen-Løve, ancienne directrice de la collection.

La justice par Elisabeth Clément
La justice

«Qu’est-ce que la justice ? À cette question, les réponses ne manquent pas, et chacun sur ce sujet a son opinion. Pourtant, s’agissant de justice, et par conséquent de la façon dont nous estimons que doit se régler notre rapport à autrui, il serait malvenu de rester sur son quant-à-soi. Toute opinion sur la justice doit au moins être débattue, à défaut d’être partagée. Il faudra alors tenter de justifier le point de vue adopté. Or, accepter le débat, se placer sur le plan de la discussion et de l’argumentation, tel est, au fond, l’unique parti pris de la philosophie. C’est sans doute la raison pour laquelle la justice fut et demeure l’une des toutes premières questions de la philosophie, celle qui l’anime dans ses commencements, comme en témoigne, par exemple, cet ouvrage de Platon qui lui est entièrement consacré : La République. C’est à réunir quelques éléments de réflexion nécessaires au débat sur la justice que ce petit livre souhaiterait contribuer.»

Ouvrage disponible sur le webpedagogique Nouvelle édition le 29/04/2011

 
La liberté par Elisabeth Clément
La liberté

«Parmi les notions que la réflexion philosophique se donne pour tâche d’élaborer et de construire, la liberté occupe une place de premier ordre. Elle en constitue en effet à la fois le principe et la fin. Que la liberté soit au principe même de la philosophie, c’est là une évidence : philosopher, c’est en effet penser par soi-même, c’est-à-dire exercer librement son jugement, soumettre toute question au libre examen, refuser toute autorité étrangère à la raison. La philosophie atteste la liberté par l’exercice même de penser. Mais la liberté n’est pas seulement au principe de la philosophie. Elle est aussi au centre de sa réflexion et de ses débats. C’est que la liberté est l’idéal qu’elle vise et se propose, pratiquement, de réaliser.»

Ouvrage disponible sur le webpedagogique Nouvelle édition le 18/07/2011

 
Le temps par Catherine Malabou
Le temps

«Le temps qui passe est synonyme de vieillissement et de déclin. Cela est vrai. Cependant, une difficulté se présente aussitôt : peut-on appréhender le passage du temps comme un processus simplement linéaire, un parcours en ligne droite qui, de la naissance à la mort, donnerait à l’existence la forme d’une trajectoire rectiligne ? Si tel était le cas, comment pourrait-on expliquer le travail de la mémoire, les brusques retours du passé dans le présent, qui nous donnent le sentiment que la mort et le néant sont tout autant derrière que devant nous, comme si notre vie était prise en un cercle ?»

PDF | ePub | Mobi

 
Les passions par Frédéric Rognon
Les passions

«Passion, passionner, passionnant, passionnément : ces termes reviennent fréquemment dans le langage quotidien, mais sait-on, en les employant, de quoi nous parlons ? Qu’est-ce qui est en jeu derrière tel ou tel de ces vocables ? La passion doit-elle nous inquiéter ou nous aider à mieux vivre ? Et d’où vient-elle, comment fonctionne-t-elle, quels sont ses effets ? Ces interrogations, qui hantent la conscience humaine depuis l’Antiquité, sont loin d’avoir obtenu aujourd’hui une réponse unanimement reconnue et définitive. Nous nous contenterons donc de poser quelques jalons.»

PDF | ePub | Mobi

 
La religion par Frédéric Rognon
La religion

«Qu’est-ce que la religion? [...] La religion est un système de croyances et de pratiques qui, dans le respect et la vénération, relie des hommes entre eux et avec une instance non sensible, et donne sens à l’existence subjective. Cette définition présente l’avantage de prendre en compte le caractère systémique de la religion, mis en valeur par Mircea Éliade ; de mettre l’accent sur sa double dimension, subjective et sociale ; d’employer des termes relativement peu connotés (« pratiques » plutôt que « rites », « instance non sensible » plutôt que « divinité » ou « Dieu ») ; enfin, d’intégrer un dernier critère : la fonction sémiologique de la religion.»

  Ouvrage disponible sur le webpedagogique Parution le 20/10/2011

 
L'art par Dominique Attavi
L'art"

L’art, aujourd’hui, semble s’adresser à tous ; la conviction, largement partagée, qu’il concerne la société dans son ensemble s’allie aux moyens de communication de masse pour le rendre accessible même à ceux qui ne le rechercheraient pas spontanément.
Toutefois, l’art, dans ses formes contemporaines, est souvent réputé éloigné du public, d’accès difficile et réservé à des initiés.
En fait, ces deux aspects entretiennent peut-être secrètement un rapport. La facilité apparente de l’accès aux œuvres d’art, qui répond à un souhait égalitaire, ne garantit pas que la perception et l’abord en soient plus aisés, dès que l’on quitte cette appréciation quantitative pour s’intéresser à la réalité des réactions individuelles.

Ouvrage disponible sur le webpedagogique Parution le 28/04/2011

 
Le mal par Michaël Foessel
Le mal

Si le mal préoccupe les philosophes, ce n’est ni par goût pour l’horrible, ni par fascination pour le tragique. Bien au contraire, la démarche philosophique consiste à s’établir à une juste distance de ces figures extrêmes de l’expérience : ni trop près, ni trop loin.
Ni trop près. Ici. pas plus qu’ailleurs, la philosophie ne peut se contenter d’être purement descriptive. Kant déjà rappelait, au début de La religion dans les limites de la simple raison, la place singulière de la plainte dans les traditions mythiques et poétiques. Et c’est un fait que l’homme, en réfléchissant sa propre expérience, a toujours accordé au mal une position privilégiée. Mais la philosophie ne peut se borner à cette constatation « de fait » de l’existence du mal ou de la souffrance dans le monde.
Ni trop loin. Si la philosophie ne peut se contenter de décrire le mal, doit-elle pour autant tenter de l’expliquer ? Dans le premier cas, elle semblait renoncer à elle-même en renonçant à comprendre le mal. Mais en essayant de l’expliquer, il apparaît que c’est la notion même de mal qui devient problématique.

Ouvrage disponible sur le webpedagogique Parution le 28/04/2011

 


Date de création : 18/12/2006 @ 09:10
Dernière modification : 23/10/2012 @ 23:23
Catégorie : Collection Profil
Page lue 475 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^