Philosopher c'est apprendre à mourir.  Montaigne
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Formation continue

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 184

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 2

Total visites Total visites: 6299727  
Fils RSS
pascal.jpgPascal - autrui (1)

Le moi pour autrui : la personne et ses masques sociaux

Pascal commence par dissocier l'unité du je en deux versants : notre moi «véritable» (nous, tels que nous savons que nous sommes réellement pour notre conscience intérieure) et le moi «imaginaire» (nous, tels que nous donnons l'illusion d'être à des consciences extérieures). Pour éclairer cette distinction, on peut penser à la différence du moi privé et du moi social. Dans la suite du texte, Pascal va décrire un véritable processus d'aliénation : nous préférons travailler à donner aux autres l'apparence de qualités déterminées, plutôt que de les développer effectivement en nous (à la limite, surenchérit Pascal, pour livrer aux autres l'impression d'une qualité donnée, nous serions prêts à cultiver en nous son contraire). On voit bien qu'ici de cette exigence active de reconnaissance, on ne conclut pas à une détermination plus riche de la conscience de soi, mais au contraire à un appauvrissement: dans cette quête d'une reconnaissance de l'autre, le moi disloque son unité et fait l'aveu de son «néant». Ce souci de paraître quelque chose quand on n'est rien, c'est l'orgueil.

Nous ne nous contentons pas de la vie que nous avons en nous et en notre propre être: nous voulons vivre dans l'idée des autres d'une vie imaginaire, et nous nous efforçons pour cela de paraître. Nous travaillons incessamment à embellir et conserver notre être imaginaire, et négligeons le véritable. Et si nous avons ou la tranquillité, ou la générosité, ou la fidélité, nous nous empressons de le faire savoir, afin d'attacher ces vertus-là à notre autre être, et les détacherions plutôt de nous pour les joindre à l'autre; et nous serions de bon coeur poltrons pour en acquérir la réputation d'être vaillants. Grande marque du néant de notre propre être, de n'être pas satisfait de l'un sans l'autre, et d'échanger souvent l'un pour l'autre ! Car qui ne mourrait pour conserver son honneur, celui-là serait infâme.

Orgueil. - Curiosité n'est que vanité. Le plus souvent on ne veut savoir que pour en parler. Autrement on ne voyagerait pas sur la mer, pour ne jamais rien en dire, et pour le seul plaisir de voir, sans espérance d'en jamais communiquer.
Du désir d'être estimé de ceux avec qui on est. - L'orgueil nous tient d'une possession si naturelle au milieu de nos misères, erreurs, etc. Nous perdons encore la vie avec joie, pourvu qu'on en parle.
Vanité : jeu, chasse, visite, comédies, fausse perpétuité de nom.

Pensées (posthume), pensées 147, 152 et 153, classement de L. Brunschvicg, Classiques Hachette, 1976.


 


Date de création : 12/11/2005 @ 18:37
Dernière modification : 07/10/2012 @ 10:49
Page lue 409 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^