Le freudisme, si fameux, est un art d'inventer en chaque homme un animal redoutable, d'après des signes tout à fait ordinaires.  Alain
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Favoris | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 184

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 56

Total visites Total visites: 6183504  

Record connectés :
Record connectés :Membres: 17

Le 13/02/2009 @ 23:52

Record connectés :Cumulé : 2231

Le 16/06/2013 @ 22:26

marx.jpgPériode contemporaine - Marx (1818-1883)

Eléments de biographie

Philosophe allemand,né à Trèves.

Après des études de droit et de philosophie, Marx renonce à l'enseignement pour devenir journaliste. Il fonde en 1842 la Gazette Rhênane qui sera rapidement suspendue. Après l'interdiction de ce journal en 1843, Marx s'installe à Paris où il se tourne vers le socialisme français et rencontre Engels qui l'incite à étudier les économistes anglais (Smith, Ricardo, Mill). Il critique le libéralisme et la théorie idéaliste de l'Etat (Hegel)

En 1845, Marx est expulsé de France pour avoir participé à un journal révolutionnaire. Il revient en 48 pendant la révolution, mais doit à nouveau partir.

En 1848, il rédige avec son ami Engels le Manifeste du parti communiste.
En 1849, il s'installe à Londres avec sa famille. Il vit dans la précarité, soutenu matériellement par Engels.
Il meurt à Londres en 1883. Engels terminera d'après ses notes les deux derniers livres du Capital.



Thèmes majeurs

Le matérialisme historique

Contre l'idéalisme hégelien qui voit dans l'Histoire la réalisation de l'Esprit, Marx et Engels soutiennent que c'est la production de la vie matérielle (en particuliert les rapports de production et la lutte des classes qui en résulte) qui permet d' "expliquer (...) toute la superstructure des institutions juridiques et politiques, ainsi que des conceptions religieuses, philosophiques et autres de toute période historique." Ainsi, les formes de conscience, les rapports juridiques et les formes d'Etat qui leur correspondent ne sont que le produit des conditions matérielles d'existence : "Ce n'est pas la conscience qui détermine la vie, mais la vie qui détermine la conscience."

L'idéologie comme fausse conscience

La représentation que l'on se fait de la réalité, bien que causé par elle, peut être faussée. En effet, pour Marx, le système de représentation qui s'impose dans une société est celui de la classe qui détient le pouvoir "l'idéologie de la classe dominante est aussi l'idéologie dominante". Ainsi, l'ouvrier adhère aux valeurs du capitalisme et la femme à celle du patriarcat. Cette adhésion, bien qu'accomplie avec conscience, est une fausse conscience, une conscience aliénée.

La religion, "opium du peuple" selon Marx, est en ce sens une fausse représentation de la réalité.
L'histoire et la lutte des classes

Les Thèses sur Feuerbach (1845) résument en 11 points la conception marxiste de l'histoire. L'essence de l'homme n'étant pas une abstraction mais l'ensemble des rapports sociaux concrets dans lesquels il est impliqué (6e thèse), il s'ensuit que tout individu est le produit de son temps et d'une forme sociale particulière (7e thèse). Seule la compréhension de ces rapports sociaux, de la praxis, c'est-à-dire de l'activité concrète, socialement déterminée, permet d'échapper à la mystification théorique (8e thèse). L'interprétation philosophique doit donc céder la place à l'action : "Les philosophes n'ont fait qu'interpréter le monde de différentes manières, ce qui importe c'est de le transformer" (11e thèse).

La place des individus dans le processus de production détermine leur regroupement en classes ayant des intérêts antagonistes. Ce sont ces conflits entre les classes inhérents au mode de production qui induisent le passage d'un mode de production à un autre et donc le changement historique. Ainsi, pour Marx, "l'histoire de toute société jusqu'à nos jours, c'est l'histoire de la lutte des classe."

Or, dans le système de production capitaliste, la lutte des classe tend à se polariser: ce système de production a, dit Marx, " simplifié les antagonismes de classes. De plus en plus la société tout entière se partage en deux grands camps ennemis, en deux grandes classes directement opposées: la bourgeoisie et le prolétariat." La bourgeoisie capitaliste, propriétaire des moyens de production, exploite le travailleur prolétaire qui n'a pas d'autre choix que de vendre pour vivre la seul chose qu'il possède: sa force de travail. La logique du profit entraîne la paupérisation de ces prolétaires jusqu'à ce que la révolution soit inéluctable. La classe ouvrière fera la révolution socialiste pour instaurer une société où l'organisation des chose aura remplacé le gouvernement des hommes.

L'analyse économique : les mécanismes de l'exploitation de l'homme par l'homme
Lire l'exposé didactique qu'en fait Marx dans Travail salarié et capital (1849)


Principales oeuvres

  • Les Manuscrits de 1844
  • Manifeste du Parti communiste (1848)
  • Contribution à la critique de l'économie politique (1859)
  • Le Capital (1867 pour la première partie)



Pour en savoir plus


Date de création : 10/12/2008 @ 12:25
Dernière modification : 10/12/2008 @ 12:26
Catégorie : Période contemporaine
Page lue 2543 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^