Ce que l’ont fait par amour est par delà bien et mal.  Nietzsche
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Visites

 6294641 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

logophilo.jpgMéthode - L'explication de texte (séries technologiques)

Conseils pour l’explication de texte
Séries technologiques


À l'examen, le troisième sujet est l’explication dirigée d'un texte philosophique dont l'auteur figure sur une liste officielle. Il est important de bien comprendre que le texte est l'essentiel ici et qu'il ne doit en aucun cas servir de prétexte à une dissertation qui se contenterai de l'utiliser comme une simple toile de fond.
Les questions qui suivent le texte ont pour but d'orienter l'effort d'explication sans qu'il soit forcément nécessaire d'y répondre directement, ce que laisse entendre la nouvelle définition de l'épreuve qui date de 2007, avec la consigne suivante, qui figure à la suite du texte et avant l'énoncé des questions: "Pour expliquer ce texte, vous répondrez aux questions suivantes, qui sont destinées principalement à guider votre rédaction. Elles ne sont pas indépendantes les unes des autres et demandent que le texte soit d'abord étudié dans son ensemble."

Ces questions se répartissent en général de la manière suivante :

1. Recherche du thème, de l'idée principale et de l'organisation du texte ;
2. Analyse des principaux concepts ou expressions du texte en rapport avec l'idée générale et l'organisation du passage ;
3.Discussion de l'idée centrale du texte afin d'en préciser la signification et de faire apparaître le problème dont il est question.

On ne doit pas accorder plus d'importance à la dernière question par rapport aux précédentes. Le devoir sera évalué globalement. De ce fait, la démarche suivie peut prendre la forme d'une explication de texte comme celle que l'on attend dans les séries générales, à condition que l'on traite les différentes questions qui sont posées et que l'on insiste plus particulièrement sur la dernière, tout en progressant dans l'explication. Mais il est également possible de répondre directement aux questions, à condition que les réponses soient suffisamment développées et permettent de faire apparaître le sens du texte et ne se contentent pas de le paraphraser.
 

A. La première question: Recherche du thème, de l'idée principale et de l'organisation du texte

« Quelle est l'idée principale du texte ? »
Il ne s'agit pas ici de mettre en avant la doctrine générale de l'auteur, comme si, par exemple, tout texte de Descartes renvoyait nécessairement au cogito. Il s'agit, au contraire, de déterminer la position du philosophe dans ce texte, ce qu'il a voulu démontrer dans un contexte précis, et qui prend sens généralement à travers l'idée générale et directrice, c'est-à-dire le contenu philosophique fondamental du texte.
 
Conseil
Avant de répondre ne vous fiez pas à votre intuition ou à la première lecture, car il se pourrait bien que vous manquiez l’essentiel. En effet, à ce moment là vous n’avez encore qu’une idée assez vague des propos de l’auteur. Lisez le texte plusieurs fois.

Le plus souvent, la première question s'accompagne d'une interrogation sur l'argumentation et la structure du texte :
« À partir d'une analyse des articulations du texte, dégagez l'idée directrice. »
« Quelle est l'idée principale du texte ? Comment le texte est- il organisé ? »
« Dégagez l'idée principale de ce texte et la progression des idées. 
L'argumentation est constituée d'arguments s'appuyant parfois sur des exemples et qui ont pour but de démontrer l'idée générale. Vous devrez donc indiquer comment l'auteur procède pour convaincre le lecteur du bien-fondé de ses affirmations.
Pour saisir les articulations du texte et les étudier, il conviendra de porter votre attention sur les divisions en alinéas, en phrases, divisions marquées par la ponctuation et par des mots de liaison, notamment par les conjonctions de coordination (mais, ou, et, donc, or, ni, car) et les conjonctions de subordination (quand, lorsque, de sorte que...). Vous aurez intérêt à entourer ou colorer les termes de liaison ; ainsi, vous verrez mieux si le texte est une démonstration ou une discussion.
 
Conseils
Évitez la paraphrase, qui consiste à répéter le texte sans l’expliquer. Ne faites pas un résumé du texte. Ne donnez pas non plus ici votre avis, positif ou négatif ; contentez-vous d’expliquer...
Une articulation n'est pas une partie, ni une sous partie, mais le lien entre les parties ou les passages, c'est-à-dire la charpente du texte.

B. La deuxième question: Analyse des principaux concepts ou expressions du texte en rapport avec l'idée générale et l'organisation du passage

L'analyse de concepts : ce type de question porte sur la bonne compréhension du texte et permet de s'assurer que vous ne faites pas de contresens sur son interprétation.
On vous demandera, d'une part, d'expliquer le sens de telle phrase ou de telle expression dont le sens ne va pas de soi, d'autre part, d'analyser un certain nombre de mots (concepts) particulièrement importants pour la bonne compréhension du texte.
Analyser un concept, c'est indiquer ce que signifie un nom ou une expression, mais en le ou la situant dans le texte. Souvenez-vous qu'un mot peut signifier plusieurs concepts, avoir plusieurs niveaux de sens, qu'il y a des concepts analogues (ni identiques, ni entièrement différents) comme «vie» ou«être».

Conseils
— Ne vous contentez pas d'une définition générale : la signification du terme ou du passage en question doit toujours être donnée en fonction du contexte.
— Il faut observer la plus grande neutralité possible à l'égard des idées exprimées par l'auteur et éviter de donner son avis personnel.
— De plus, soyez sobre et précis : ne dites pas tout ce que vous savez éventuellement de l'auteur et de sa pensée.


C. Troisième question: Discussion de l'idée centrale du texte afin d'en préciser la signification et de faire apparaître le problème dont il est question.

Il s'agit ici de valoriser  l'idée centrale du texte, en soulignant tout d'abord son intérêt philosophique, puis, à partir de là, en élaborant un avis argumenté à partir d'une appréciation critique du problème soulevé par l'auteur. Mais il faut bien s'entendre sur le sens du mot « critique » : en effet, tout grand texte philosophique pose un problème fondamental. Que peut donc signifier une critique ? La critique d'un texte ne saurait être réfutation, comme trop d'élèves le croient; la « réfutation » désignant, à proprement parler, l'action par laquelle on repousse un raisonnement, une argumentation, en prouvant leur fausseté. Ce procédé est difficilement compatible avec la reconnaissance de la richesse effective d'un grand texte, comme c'est toujours le cas des textes qui sont proposés au baccalauréat. Critiquer, ce n'est pas détruire, mais comprendre. Détruire, c'est en rester à la lettre du texte, à son apparence première, alors que comprendre, c'est aller à l'esprit et au contenu vrai. La destruction est dogmatique, la vraie critique philosophique, compréhension de la problématique interne et évaluation mesurée de l'intérêt de la réponse apportée.
Conseils
— La démarche doit être ordonnée et précise, ce qui signifie qu'il faudra éviter de répondre à cette question par des phrases décousues, sans plan.
— N'affirmez jamais rien sans justifier votre avis. Toute idée à laquelle on se réfère doit être argumentée puis illustrée par des exemples et des références.

Glossaire

Cogito

(...) Je pris garde que, pendant que je voulais ainsi penser que tout était faux, il fallait nécessairement que moi, qui le pensais, fusse quelque chose. Et remarquant que cette vérité : je pense donc je suis, était si ferme et si assurée que toutes les plus extravagantes suppositions des sceptiques ne pouvaient l'ébranler, je jugeai que je pouvais la recevoir sans plus de scrupule pour le premier principe de la philosophie que je cherchais.


Descartes, Discours de la méthode, IV.

Descartes

Philosophe et mathématicien français né à La Haye, en Touraine, en 1596, Descartes a été formé au collège jésuite de La Flèche.

De l'enseignement qu'il y reçoit, seules l'algèbre et la géométrie trouvent grâce à ses yeux. Après des études de droit à Poitiers, il participe à la campagne de Hollande puis il voyage en Europe et entre en contact avec les milieux scientifiques et philosophiques de son époque.

Il est un partisan de la nouvelle physique mais renonce à publier ses propres travaux après la condamnation de Galilée. Dès 1628 Descartes s'installe en Hollande pour se consacrer à ses recherches scientifiques et philosophiques.

La reine Christine de Suède le fait venir à sa cour en 1649. Il meurt à Stockholm en 1650.


Date de création : 04/10/2005 @ 10:50
Dernière modification : 06/05/2009 @ 21:42
Catégorie : Méthode
Page lue 2919 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^