Rousseau et la question de la religion par Ghislain WATERLOT

Cette conférence a été prononcée le samedi 20 juin 2009 au musée des Charmettes, Maison de Jean-Jacques Rousseau, 890 chemin des Charmettes, 73000 Chambéry, par M. Ghislain WATERLOT, Maître de conférences de philosophie à la Faculté de théologie protestante de l’Université de Genève et Directeur de l’Institut Romand de Systématique et d’Éthique.

Elle était organisée par les musées d’art et d’histoire de Chambéry .

Intitulé et description de la conférence:

Rousseau et la question de la religion : Religion et politique : un lien nécessaire ?

La religion a toujours occupé une place importante dans la vie de Rousseau. A titre personnel d’abord : il déclare à la fin de son existence qu’il a toujours cru, et il s’estime lui-même, face aux détracteurs de tous bords, « vrai chrétien ». Mais le plan politique compte aussi. A la fin du Contrat Social, Rousseau affirme en effet la présence indispensable de la religion dans l’État sous les espèces d’une religion civile. Une telle affirmation a suscité la haine des autorités de son temps et l’incompréhension de la postérité. Pourtant cette religion ne constitue ni la prémisse du totalitarisme, ni la manifestation de l’incohérence du système de Rousseau. La religion civile proposée n’est ni un simple compromis, ni un concept contradictoire. Cette religion politique est cohérente, malgré les apparences. Elle a un sens précis qui s’accorde avec les principes de Rousseau, et l’on peut même penser qu’elle constitue un concept pertinent pour y voir plus clair dans certaines questions politiques contemporaines.

Bibliographie

Toute l’oeuvre de Rousseau et en particulier le Contrat social, livre IV, chapitre 8, De la religion civile.

Ghislain Waterlot, Rousseau. Religion et politique, Paris, PUF, coll. « Philosophies », 2004

Rousseau religion et politique