Conférence de Michel Terestchenko le mardi 16 janvier de 12h15 à 13h15 à la MSH

Ce bien qui fait mal à l’âme, la littérature comme expérience morale

Une conférence de Michel TERESTCHENKO, animée par Laurent Bègue, dans le cadre du cycle « Avenue centrale. Rendez-vous en sciences humaines ».

MSH Alpes 
1221 Avenue Centrale, 38400 Saint-Martin-d’Hères

le mardi 16 janvier de 12h15 à 13h15

On aura trop souvent dit que si la littérature ne s’occupe pas du mal, elle devient vite ennuyeuse. A contre-courant de ce préjugé, certains des plus grands romanciers de la littérature universelle, Hugo, Melville, Dostoïevski par exemple, attestent l’extraordinaire puissance du bien lorsqu’il se manifeste dans des personnages qui en sont l’incarnation. Ce que la littérature nous révèle ainsi, c’est que le bien est formidablement intéressant mais aussi et surtout qu’il nous touche et nous engage avec une exigence impitoyable. Ce n’est pas le mal qui est profond et radical, c’est le bien. La littérature est le moyen par excellence de cette expérience existentielle fondamentale.

Michel Terestchenko est philosophe, maître de conférences à l’université de Reims et à l’IEP d’Aix-en-Provence. Spécialiste de philosophie morale et politique, il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Un si fragile vernis d’humanité, banalité du mal, banalité du bien (La Découverte, 2005) et de Ce bien qui fait mal à l’âme, la littérature comme expérience morale (Éditions Don Quichotte, à paraitre le 4 janvier 2018).