Gaston Bachelard (1884-1962)

Eléments de biographie

Philosophe et épistémologue français.

Employé des Postes à 18 ans, Bachelard réussit le concours d’élève ingénieur des Télégraphes et fait une licence de mathématiques. Après la Guerre de 14-18, il devient professeur et enseigne la Physique et la Chimie avant de faire une thèse de philosophie des sciences. Il est nommé professeur d’histoire et de philosophie des sciences à l’Université de Dijon de 1930 à 1940 puis à le Sorbonne jusqu’en 1954.

Thèmes majeurs

Epistémologie

Bachelard s’interroge sur « les conditions épistémologiques du progrès scientifique ». La connaissance scientifique se construit en rupture avec la connaissance sensible du « sens commun ». L’expérience première est trompeuse. L’objectivité n’est jamais donnée dans le premier rapport à l’objet. elle se construit contre nos sensations immédiates et nos convictions profondes qui sont autant d’obstacles épistémologiques contre lesquels la connaissance scientifique se constitue. « Il suffit que nous parlions d’un objet pour nous croire objectifs » dit Bachelard, mais la première relation à l’objet est un obstacle à dépasser et non un point de départ à exploiter:  » L’esprit scientifique se forme en se réformant ».

La science contemporaine crée un nouvel esprit scientifique dont l’épistémologie (réfexion sur les sciences, leurs normes et leurs méthodes) doit rendre compte. Les géométries non euclidiennes, la logique non aristotélicienne, la physique non newtonienne, engendrent une épistémologie non cartésienne et non kantienne: il y a une évolution de la rationalité qui manifeste la force de la Raison.

Si la rationalité évolue sans être pour autant un échec de la Raison, c’est que le rationalisme de la science est un rationalisme appliqué. Le travail de ce que Bachelard appelle la « Cité savante » est caractérisé par l’union entre la pensée mathématique abstraite et l’observation rigoureuse. Mais, justement parce qu’il est appliqué, le rationalisme se « régionalise »: chaque domaine d’application doit réinventer pour son propre compte ses objets, ses concepts et ses méthodes. L’exemple du concept de masse en physique illustre ce processus.

Poétique

Bachelard affirme une « nette polarité de l’intellect et de l’imaginaire ». Si l’esprit scientifique doit se purifier des images immédiates, cela ne veut pas dire que l’imaginaire devrait toujours être condamné. Bachelard oppose « l’esprit poétique expansif » à « l’esprit scientifique taciturne » et reconnaît aux deux domaines leur valeur propre.

A l’imagination simplement reproductrice, Bachelard oppose l’imaginaire créatif.

Principales oeuvres

  • Le Nouvel esprit scientifique (1934)
  • La Psychanalyse du feu (1937)
  • La formation de l’esprit scientifique (1938)
  • L’Eau et les rêves (1941)
  • L’Air et les songes (1943)
  • La Terre et les rêveries de la volonté (1948)
  • La Terre et les rêveries du repos (1948)
  • Le Rationalisme appliqué (1948)
  • Le Matérialisme rationnel (1953)
  • La Poétique de l’espace (1957)
  • La Poétique de la rêverie (1960)

Pour en savoir plus

Encyclopédie Wikipédia