Diderot: Encyclopédie Article « Droit naturel »

DROIT NATUREL (Morale). , qu’il n’y a presque personne qui ne soit convaincu au-dedans de soi-même que la chose lui est évidemment connue. Ce sentiment intérieur est commun au philosophe et à l’homme qui n’a point réfléchi ; avec cette seule différence qu’à la question, ?, celui-ci manquant aussitôt et de termes et d’idées, vous […]

Descartes

Descartes: Lettre au marquis de Newcastle, 23 novembre 1646

[Dans cette lettre, Descartes définit le langage comme l’expression de la pensée en le distinguant des comportements non signifiants qui ne seraient que des réactions du corps. Pour Descartes, la capacité de parler est un indice de la capacité de penser. Ainsi, le fait que des êtres autres que moi-même sont capables de parler comme […]

Popper: Tolérance et responsabilité intellectuelle

Le sixième commandement énonce : «Tu ne tueras pas !» Cela implique l’éthique dans presque sa totalité. La manière dont Schopenhauer, par exemple, formule l’éthique, n’est que l’extension du sixième commandement. Schopenhauer est simple, direct, clair. Il dit: «Ne porte préjudice à personne, mais aide chacun du mieux que tu peux.» Mais que s’est-il passé […]

Popper: Une théorie scientifique doit être réfutable

1) Si ce sont des confirmations que l’on recherche, il n’est pas difficile de trouver, pour la grande majorité des théories, des confirmations ou des vérifications. 2) Il convient de ne tenir réellement compte de ces confirmations que si elles sont le résultat de prédictions qui assument un certain risque; autrement dit, si, en l’absence […]

Bachelard: l’imagination déforme les images perçues

Comme beaucoup de problèmes psychologiques, les recherches sur l’imagination sont troublées par la fausse lumière de l’étymologie. On veut toujours que l’imagination soit la faculté de former des images. Or elle est plutôt la faculté de déformer les images fournies par la perception, elle est surtout la faculté de nous libérer des images premières, de changer […]

Bachelard: la notion de masse

Sous sa première forme, la notion de masse correspond à une appréciation quantitative grossière et comme gourmande de la réalité. On apprécie une masse des yeux. Pour un enfant avide, le plus gros fruit est le meilleur, celui qui parle le plus clairement à son désir, celui qui est l’objet substantiel du désir. La notion […]

Bachelard: l’épistémologie entre réalisme et rationalisme

Peut-être alors devrait-on prendre comme une première leçon à méditer, comme un fait à expliquer, cette impureté métaphysique entraînée par le double sens de la preuve scientifique qui s’affirme dans l’expérience aussi bien que dans le raisonnement, à la fois dans un contact avec la réalité et dans une référence à la raison. Il semble […]

Bachelard: l’obstacle épistémologique

Il suffit que nous parlions d’un objet pour nous croire objectifs. Mais par notre premier choix, l’objet nous désigne plus que nous le désignons et ce que nous croyons nos pensées fondamentales sur le monde, ne sont que des confidences sur la jeunesse de notre esprit. Parfois nous nous émerveillons devant un objet élu ; nous […]

Bachelard: l’objectivité n’est pas immédiate

À notre avis, il faut accepter, pour l’épistémologie, le postulat suivant : l’objet ne saurait être désigné comme un « objectif » immédiat; autrement dit, une marche vers l’objet n’est pas initialement objective. Il faut donc accepter une véritable rupture entre la connaissance sensible et la connaissance scientifique. Nous croyons en effet avoir montré, au cours de […]